Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Jairo

NomGonzàles
PrénomMario (dit Marito)
Nationalitéargentine
Date de naissance16/06/1949
Liens
Se procurer
ses disques

Discographie :

On peut entendre sur Bide&Musique…
par années de sortie | par ordre alphabétique
Dans les programmes spéciaux Vignette de Jairo - Quand un oiseau pleure 1977 Quand un oiseau pleure
Dans la programmation générale Vignette de Jairo - Les jardins du ciel 1979 Les jardins du ciel
Hors classement Vignette de Jairo - Mon beau sapin 1980 Mon beau sapin
Dans la programmation générale Vignette de Jairo - Batuca-Tucada 1984 Batuca-Tucada
Dans la programmation générale Vignette de Jairo - Mes dix frères et moi 1988 Mes dix frères et moi
Vert Dans la programmation générale Orange Dans les programmes spéciaux Rouge Hors classement Bleu Émissions ou titres (très) spéciaux

Commentaires sur Jairo

29 commentaires (dont 1 archivé)
jess Le 01/06/2001 à 09:30
notre argentin local!! sympa
raphdem Le 14/03/2002 à 12:02
Je serais curieux de savoir concrètement ce que devient notre révolutionnaire argentin,qui a longtemps milité pour la liberté dans son pays.
Il en manque un petit paquet:"L'appel du condor","Vivre libre","A la clara fuente","Un monde heureux"(VF de "Peanuts"),"L'encre rouge"…
persofg Le 28/10/2002 à 08:14
Pour en savoir plus sur JAIRO et ce qu'il est devenu, rendez-vous sur le site de son agent en Argentine où il continue sa carrière avec énormément de succès depuis … 32 ans :

http://comunidad.ciudad.com.ar/ciudadanos/scaldano…

Pour les commentaires pas très sympas à son sujet, dites-vous une chose, moi qui l'ai connu personnellement pour avoir travaillé à ses côtés durant quelques années, Jairo n'est pas Shake, ni un chanteur pour minettes, c'est un des artistes les plus appréciés, et le plus connu sur le continent Sud-Américain, pour son répertoire, son talent, et ses prises de positions et engagements politiques. La France reste très importante pour lui, au point de continuer à interprêter des textes français dans son répertoire tel LIBERTE de Paul Eluard …

Si vous ne le voyez plus en France, c'est en partie parce qu'il a payé cher le fait de vouloir interprêter autre chose que ce que ses producteurs français ont voulu choisir pour lui du fait qu'à son arrivée dans notre pays, il ne parlait pas encore français, il a servi de machine à "fric" jusqu'à ce qu'il maîtrise notre langue (parfaitement bien d'ailleurs), et ai l'exigence intellectuelle de refuser de continuer à interprêter des textes qui ne lui correspondaient pas, mais les argentins, eux, le savent et lui ont toujours réservé le meilleur acceuil.

Vous pourrez trouver ses disques sur le web à l'adresse suivante :

www.museodeldisco.com

Entrer Jairo sur le moteur de recherche, et j'espère que vous changerez d'avis à l'écoute de ses albums inconnus en France.
captain.beany Le 31/10/2002 à 20:30
j'en ai une bonne à vous apprendre sur le fameux Jairo : il a également enregistré une version de l'opéra d'Astor Piazzola "Maria de Buenos Aires"… A n'en pas douter le grand chef-d'œuvre de ce très célèbre compositeur argentin décédé en 1992, à n'en pas douter le très grand maître du tango argentin moderne.

je ne saurais que vous conseiller ce disque, enregistré sous la direction de Kremer : c'est une œuvre et une interprétation absolument extraordinaire (sans déconner).

Voila, comme quoi…
morphee Le 18/02/2003 à 11:40
La version espagnole des Jardins du ciel s'entend dans toutes les cafétérias d'Amérique du Sud ! :)
SkaBoss Le 19/06/2003 à 00:39
Je ne doute pas du talent et de la gentillesse de Jairo, mais pour moi "l'enfant au tambour" reste quand même un des monuments du kitsh 80's ! rapapampam  ;-)
persofg Le 30/10/2003 à 23:02
Il faut surtout savoir que Jairo a été victime et prisonnier d'un répertoire qu'il ne maîtrisait pas à son arivée en France, et pour cause, il ne comprenait pas notre langue, on lui a donc fait faire n'importe quoi !! Aujourd'hui, il la connaît parfaitement, et vous pourrez bientôt vous en rendre compte car il sera prochainement de retour en France après plus de 10 ans d'abscence !!! hé oui déjà !
Un retour avec des titres étonnants !!! Pour commencer, le 23 Septembre est sorti un album hommage à son ami Astor PIAZZOLLA disponible au rayon WORLD de la fnac et du virgin sous le titre JAIRO CANTA PIAZZOLLA (Milan Records/Universal), vous comprendrez mieux ainsi la profondeur de cet artiste au talent mal défendu et surtout mal connu ici … Dommage, car çà nous changereait vraiment de l'ambiance du moment, un peu d'émotion ne peux pas faire de mal.
Pour en revenir aux "JARDINS DU CIEL", Jairo ne souhaitait pas enregistrer cette chanson, et en acceptant finalement, ce titre l'a propulsé aux meilleures places des hits de l'époque, ce succès à l'origine était interprété par le groupe GOOMBAY DANCE BAND sous le titre "Sun of Jamaïca", Jairo en a créé l'adaptation en français, mais aussi en espagnol "Nuestro amor sera un himno", et en italien dans deux version "Tam tam" et "Un giorno di vento". Voilà pour la petite histoire.
Je vous invite à vous rendre sur son site internet officiel argentin : <1386>http://www.jairo.com.ar, et prochainement un site français qui lui sera consacré avec sa collaboration étroite, alors à bientôt !
nraynaud Le 25/12/2003 à 02:50
C'est donc ce gars dont j'ai vu les affiches à Mendoza en juin-juillet !
Je me souviens que je m'étais bien foutu de sa tronche de vieux beau qui doit faire craquer les femmes de plus de 45 ans (avec ses cheveux argentés et sa coupe impeccable).
Par contre, je crois pas avoir entendu ses chefs-d'œuvre actuels, on était plutôt branchés Bersuit, Mana, Los fabulosos cadillacs et La Renga que bide-et-musique-d'Argentine.
fab.06 Le 19/03/2004 à 11:19
il est né le 19.06.1953
persofg Le 25/03/2004 à 14:17
Allez, juste histoire de rétablir la vérité, tout d'abord, sa vraie date de naissance : le 16 Juin 1949 à Cruz del Eje en Argentine où il poursuit principalement sa carrière en rendant visite à la vieille europe de temps à autre et ci dessous en avant première, une biographie plus précise du plus français des argentins.

JAIRO : QUATRE DÉCADES DE CHANSONS

CRUZ DEL EJE - BUENOS AIRES, de Mario à Marito GONZÀLEZ…

Né à Cruz del Eje dans le Nord de l'Argentine, près de Cordoba, issu d'un milieu modeste, le jeune Mario GONZÀLEZ découvre sa vocation pour la musique grâce à son père Ramon (Métis andalou-indien), et à sa mère Esther PIEROTTI inspirée des rêves d'Opéra qu'elle garde de son Italie natale, le tout baigné d'histoires étranges contées par sa grand mère indienne lors des veillées en famille.

À 13 ans, il part suivre les cours de la Escuela Panamericana de Arte à Buenos Aires, pour devenir un professionnel du dessin, on trouve parmi ses enseignants un certain Hugo PRATT, auteur du célèbre Corto MALTESE, peu de temps avant son départ pour la capitale, il participe à un concours de chant qui va lui permettre de faire sa première apparition télévisée, lui offrant ses premiers contacts “professionnels“ qui vont l'aider un peu plus tard, en devenant populaire sous le nom de Marito GONZÀLEZ, à 16 ans il connaît son premier succès avec El laberinto, on est en pleine époque du twist …

Arrivé à Buenos Aires, il va, pour vivre et payer également des cours de guitare et chant classique auxquels il s'est inscrit, exercer divers petits boulots, en plein mouvement hippie et de l'époque “BEATLES“ en Argentine, le jeune Mario rencontre Luis Gonzàlez qui va lui écrire ses premiers textes.

BUENOS AIRES – MADRID : JAIRO, le fidèle inspiré

Découvert plus tard par Luis AGUILÉ, le jeune chanteur enregistre son premier disque en Espagne où Il adopte alors le pseudonyme de JAIRO (Le fidèle inspiré, traduit de l'araméen), son premier album “EMOCIONES“ rencontre en 1971, un immense succès grâce au titre TU ALMA GOLONDRINA, le public découvre le timbre de sa voix et il remporte les premiers prix des festivals de Malaga, Madrid, Torremolinos et Alcobendas.

Les succès s'enchainent, tant en Espagne qu'en Argentine, la consécration est au rendez-vous avec son second album, JAIRO confirme son attachement à la grande poésie, française notamment grâce à Juan-Manuel SERRAT et Maria Elena WALSH très inspirés par Brel, Brassens et d'autres qu'il découvrira plus tard …

En 1975, son cinquième album “DE QUE ME SIRVE TODO ESO“ confirme son succès peu avant d'enregistrer une de ses plus belles œuvres, nous sommes en 1976 quand sort JAIRO CANTA A BORGES, il va solliciter onze des meilleurs compositeurs argentins pour participer à ce moment de pure création pour lequel BORGES a donné pour la première fois l'autorisation d'utiliser ses textes, on retrouve pour les musiques : Astor PIAZZOLLA, Gustavo LEGUIZAMON, Eladia BLAZQUEZ, Julian PLAZA, Eduardo FALU, etc … JAIRO en profite pour illustratrer des douze textes de l'album.

MADRID – PARIS : JAIRO, le plus français des argentins !

En Juin 1977, sur invitation de Susanna RINALDI, JAIRO se produit sur la scène de l'Olympia ! Il y interprête quelques titres, et gagne au fil des jours l'admiration du public, pourtant rompu à tous les talents de la chanson dans ce lieu mythique, son talent, sa présence, et surtout, surtout … La qualité de sa voix, et la présence de professionnels dans la salle vont donner un tournant décisif à sa carrière …

En Octobre 1977, les téléspectateurs français le découvrent sur TF1 aux côtés de Nana Mouskouri, Le standard de la chaîne est pris d'assaut, tout le monde veut savoir qui est JAIRO ! À partir de ce moment, il ne quitte plus l'affiche française, tout en poursuivant sa carrière latino-américaine.

Son premier succès en France, ES LA NOSTALGIA séduit le public francophone, dont le Canada. Tandis que son premier album “LIBERTÉ“ révèle son sens inspiré de la composition et de la poésie tout en soulignant la qualité exeptionnelle de sa voix, les plus grands auteurs français vont écrire pour lui (Charles AZNAVOUR, Louis AMADE, Claude LEMESLE, Pierre DELANOË, Yves SIMON, etc …), JAIRO devient pour les médias, le plus français des argentins … Le public le découvre sur scène en Avril 1978, en première partie de Nicole Croisille à l'Olympia !

Enchaînant les succès, passant par différents styles, JAIRO enregistre également en allemand, en italien et en portugais, avec le même succès, et cette même énergie et cette joie de vivre communicative. Il est sur tous les fronts, participant même au célèbre ED SULLIVAN SHOW aux Etats-Unis, aux côté d'Angie Dickinson.

Attaché à ses racines, JAIRO publie régulièrement des titres écrits par ses compatriotes (Horacio FERRER, Astor PIAZZOLLA, Felix LUNA, Ariel RAMIREZ, etc), des titres qui vont interpeller les critiques fervant de « classification », ce JAIRO, en fait, qui est-il ?!? Un chanteur, un compositeur, et un interprête, tout simplement ! Un homme à la nature très optimiste, un humaniste aussi.

Le printemps 1980 va offrir à JAIRO son plus gros succès, avec près d'un million et demi de copies vendues en France, “LES JARDINS DU CIEL“ vont ennivrer les ondes dès le mois de Mars, le titre se place en tête des hits parades durant tout l'été 1980 ! Ce tube marque JAIRO au fer rouge, le propulsant au rang des plus grosses stars qu'ait connu notre pays. Entamant de nombreuses tournées en France et à l'étranger, accumulant les disques d'or et de platine …

Mais JAIRO, intégrant notre culture et maîtrisant notre langue, souhaite être autre chose qu'un artiste à succès, en tout cas, pas en faisant n'importe quoi, ou en agissant les yeux fermés, ce virage va s'amorcer au moment de présenter son nouveau spectacle à BOBINO en 1982 où il mêle la musique sud-américaine à ces chansons en français dans son répertoire, accompagné par des musiciens argentins, il va étonner, surprendre … et convaincre ! Il va faire à ce moment là une rencontre capitale avec un nouvel auteur, elle s'appelle Jacqueline LEVASSEUR, et connaît bien la population argentine de France, puisqu'elle produit des spectacles de musique et folklore du “pays tango“ …

Fin 1983, avec JAIRO, les argentins sont plus d'un million deux cent mille personnes réunis à Buenos Aires pour entonner l'hymne “VENCEREMOS“, et saluer le retour à la démocratie, car JAIRO n'a pas hésité à venir soutenir le Raul ALFONSIN (Loin d'être favori au milieu des autres candidats), il va aussi va multiplier les allers retours entre la France et le continent sud-américain.

FRANCE-ESPAGNE-AMÉRIQUE : Attachez vos ceintures !

1984 va marquer un tournant décisif dans la carrière de JAIRO, avec l'enregistrement d'un album qui va sortir simultanément en Espagne, aux états Unis et en Amérique latine, et dont nous connaitrons en partie l'adaptation française avec l'album “LE DIABLE“ , il prend un virage à 180°, nouveau look, nouveau répertoire grâce au concours de Jacqueline LEVASSEUR et Philippe LABORIT, et un premier clip étonnant présenté dans les salles de cinéma français, avant un nouveau passage à l'Olympia au mois de Décembre.

Sans parler « d'album de la maturité », JAIRO dira de ce disque “c'est exactement là où je voulais aller“, une réponse implacable à ceux qui l'accuseraient d'être un chanteur superficiel.

En 1986, avec sa nouvelle équipe, il crée sa société de production et présente l'album “LA TRACE DE MES PAS“ , un titre autobiographique, l'année suivante, sur un plateu de télévision, JAIRO fait une rencontre incroyable avec SAPHO, ils décident d'enregistrer en duo “DUERME NEGRITO“, JAIRO est ravi de remettre au goût du jour cette berceuse cubaine rendue célèbre par son ami le grand poète Atahualpa YUPANQUI.

Peu de temps après, JAIRO , en tournée en amérique latine, est invité à interprêter sur scène avec Sylvio RODRIGUEZ “CANCION URGENTE PARA NICARAGUA“ , il ramène cette chanson dans ses bagages, et en fait le titre d'un nouvel album dédié aux droits de l'homme, se sera “NICARAGUA“.

Toujours là où on ne l'attend pas, JAIRO est de retour sur scène en 1988 au BATACLAN, sur des textes et une mise en scène de Jean GUIDONI, il surprend par le côté théâtral de son spectacle, le public et les critiques sont en osmose, JAIRO a gagné son pari, et décide de poursuivre sa collaboration avec Jean GUIDONI sur l'album “FLECHAS DE NEON“, où, avec la complicité de Jacqueline LEVASSEUR, ils vont adapter les textes d'un certain Daniel SALZANO dont JAIRO vient de faire la connaissance. Cet album concept sortira quasi simultanément en version espagnole.

En 1990, à l'occasion du 100ème anniversaire de la naissance de Carlos GARDEL, JAIRO décide de poursuivre cette expérience de spectacle entre chansons et théâtre en créant à Toulouse “REVOLVER, le Fantôme du Rio de la Plata“, hommage au chanteur d'origine française pour lequel JAIRO, en bon argentin, voue une véritable admiration. Le spectacle est présenté au Casino de Paris, avec un livret signé à la fois par Daniel SALZANO et Jacqueline LEVASSEUR pour la version française. Cette grosse production part en tournée en Amérique du Sud où le spectacle rencontre un tel succès qu'il oblige provisoirement JAIRO à un dilemme entre son pays et la France, où sa famille réside toujours.

Finalement, il se résout à revenir vivre en argentine où il n'avait pas résidé depuis plus de vingt ans, fidèle à tous les lieux qui ont su lui réserver le meilleur accueil comme l'Espagne et la France.

Depuis, JAIRO poursuit une carrière très populaire en Argentine où il enchaine les tournées et les créations de spectacles avec toujours le même bonheur, le parcours d'une décade argentine que nous vous proposons de découvrir ci dessous.

JAIRO, avec son épouse, fondent en 1993 la société TST qui leur permet de produire de façon indépendante la carrière artistique du chanteur.

En 1994, TST Produccion publie l'album “CIELOS“ sur des textes de Daniel SALZANO et des musiques de JAIRO, le disque est produit et arrangé par Pedro AZNAR, un génie du jazz et du rock qui donne à cet album une dimension extraordinaire et une couleur musicale jamais entendue, l'ambiance est à la fois aérienne et mélancolique, teintée de rythmes d'origine péruvienne, mais aussi imprégné de salsa, sans oublier cette version en français de la célèbre chanson de Francis Cabrel “JE L'AIME À MOURIR“ en trio avec ses deux fils IVAN et YACO. Une partie des enregistrements et du mixage ont été réalisés à New York, et dans les studios d'Abbey Road, par Ten Jensen en particulier, qui collabora avec MADONNA ou encore à l'album de duos de Franck SINATRA.

1995, JAIRO fête ses 25 ans de carrière officielle, et tourne dans toutes les grandes salles et les stades d'Argentine, jouant à guichets fermés en partageant ce souvenir avec les plus grandes stars hispaniques (Maria Belen, Mercedes Sosa, Heladia Blasquez, Pedro Aznar, Ariel Ramirez, etc…), il publie en 2 volumes l'enregistrement de cette tournée 25 années, Enregistrement public et Coplas de plata qui regroupe tous les duos interprétés avec ses invités.

1996, une année sous forme d'hommage pour JAIRO, qui crée un spectacle en hommage à Atahualpa Yupanqui qui disparaissait quatre ans auparavant.

… LA SUITE AU PROCHAIN ÉPISODE ….
essec Le 01/04/2004 à 11:14
alors, il faudrait retirer Jairo de B et M ? quel dommage …
persofg Le 17/02/2005 à 18:24
Bonjour à tous les internautes de TIRELIPIMPON, ci-dessous, la Biographie "officielle" complète pour tout savoir sur JAIRO, et bientôt, une interview sur votre site.

Bonne lecture à tous, et n'oubliez pas : www.jairo.com.ar

JAIRO : QUATRE DÉCADES DE CHANSONS

CRUZ DEL EJE - BUENOS AIRES, de Mario à Marito GONZÀLEZ…

Né le 16 juin 1949, à Cruz del Eje dans le Nord de l'Argentine, dans la
province de Cordoba, issu d'un milieu modeste, le jeune Mario Gonzàlez
découvre sa vocation pour la musique avec son père Ramon (Métis andalou
indien), et sa mère Esther inspirée de rêves d'Opéra gardés de son Italie
natale, le tout baigné d'étranges histoires contées par une grand mère
indienne lors des veillées en famille.

À 13 ans, après plusieurs expériences de chanteur “amateur”, il part suivre
les cours de la Escuela Panamericana de Arte à Buenos Aires, pour devenir un
professionnel du dessin, on trouve parmi ses enseignants un certain Hugo
Pratt, auteur du célèbre Corto MALTESE, peu de temps avant son départ pour
la capitale, il participe à un concours de chant qui va lui permettre de
faire sa première apparition télévisée, lui offrant ses premiers contacts
“professionnels”, qui vont l'aider un peu plus tard, en devenant populaire
sous le nom de Marito Gonzàlez, il connaît son premier succès avec “El
laberinto”, en pleine époque du twist !

Arrivé à Buenos Aires, il va exercer divers petits boulots, pour vivre et
payer également des cours de guitare et chant classique auxquels il s'est
inscrit, en plein mouvement hippie et vague “Beatles” en Argentine, il
rencontre alors Luis Gonzàlez qui va lui écrire ses premiers textes.

BUENOS AIRES ú MADRID : JAIRO, “le fidèle inspiré” …

Découvert plus tard par Luis AGUILÉ, le jeune chanteur enregistre son
premier disque en Espagne où il adopte alors le pseudonyme de JAIRO (“Le
fidèle inspiré”, traduit de l'araméen), son premier album “EMOCIONES” en
1971 est un immense succès grâce au titre “Tu alma golondrina”, le public
découvre le timbre de sa voix et il remporte les premiers prix des festivals
de Torremolinos et Alcobendas à Malaga et Madrid.

La consécration est au rendez-vous en 1972 avec son second album “POR SI TU
QUIERES SABER” qui sort en Espagne et en Argentine, suivit en 1973 de “SI
VUELVES SERA CANSANCIO”, Jairo confirme son attachement à la grande poésie,
française notamment grâce à Juan Manuel Serrat et María Elena Walsh très
inspirés par Brel, Brassens et d'autres qu'il découvrira plus tard comme
Barbara, ou Léo Ferré … En 1974 énorme succès avec “EL VALLE Y EL VOLCAN” en
Espagne et Amérique du Sud.

En 1975, un nouvel album “DE QUE ME SIRVE TODO ESO” confirme le talent de
Jairo peu avant d'enregistrer l'une de ses plus belles œuvres, publié en
1977 “JAIRO CANTA A BORGES”, va réunir onze des meilleurs compositeurs
argentins pour participer à ce moment de pure création pour lequel le grand
écrivain Jorge Luis Borges a donné pour la première fois l'autorisation
d'utiliser ses textes. Jairo illustrera de sa main chacun des douze titres
de l'album composés par Astor Piazzolla, Gustavo Leguizamon, Eladia
Blazquez, Julian Plaza, Eduardo Falu, etc… Un disque censuré sous la
dictature en Argentine.

MADRID ú PARIS : JAIRO, le plus français des argentins !

En Juin 1977, sur invitation de Susanna Rinaldi, Jairo se produit sur la
scène de l'Olympia ! Il y interprète quelques titres, et gagne au fil des
jours l'admiration du public, pourtant rompu à tous les talents de la
chanson dans ce lieu mythique, son talent, sa présence, et surtout, surtout
la qualité exeptionnelle de sa voix, et la présence de professionnels dans
la salle vont donner un tournant décisif à sa carrière en europe …

En octobre de cette année, les téléspectateurs français le découvrent sur
TF1 aux côtés de Nana Mouskouri, Le standard de la chaîne est pris d'assaut,
tout le monde veut savoir qui est JAIRO ! À partir de ce moment, il ne
quitte plus l'affiche française, tout en poursuivant sa carrière
latino-américaine.

Son premier succès en France, “Es la nostalgia” séduit le public
francophone, dont le Canada. Tandis que son premier album “LIBERTÉ” révèle
son sens inspiré de la composition et de la poésie tout en soulignant la
qualité exceptionnelle de sa voix, les plus grands auteurs français vont
écrire pour lui (Charles Aznavour, Louis Amade, Claude Lemesle, Pierre
Delanoë, Yves Simon, etc. …), Jairo devient pour les médias, le plus
français des argentins … Le public le découvre sur scène en Avril 1978, en
première partie de Nicole Croisille à l'Olympia !

Enchaînant les succès, passant par différents styles, Jairo enregistre
également en allemand, en italien et en portugais, avec le même succès, la
même énergie et cette joie de vivre communicatives. Il est sur tous les
fronts, participant même au célèbre ED SULLIVAN SHOW aux Etats-Unis, aux
côtés d'Angie Dickinson.

Jairo publie régulièrement des titres écrits par ses compatriotes (Horacio
Ferrer, Astor Piazzolla, Felix Luna, Ariel Ramirez, etc.), des titres qui
vont interpeller les critiques fervent de « classification », Jairo, en
fait, qui est-il ?!? Un chanteur, un compositeur, et un interprète, tout
simplement ! Un homme à la nature simple et très optimiste, un humaniste
aussi, attaché à ses racines et qui le prouvera régulièrement.

Le printemps 1980 va offrir à Jairo son plus gros succès, avec près d'un
million et demi de copies vendues en France, “Les jardins du
ciel” vont enivrer les ondes dès le mois de mars, le titre se place en tête
des hits parades durant tout l'été 1980 ! Ce tube marque Jairo au fer
rouge, le propulsant au rang des plus grosses stars qu'ait connu notre pays.
Entamant de nombreuses tournées en France et à l'étranger, accumulant les
disques d'or et de platine …

Mais Jairo, intégrant notre culture et maîtrisant notre langue, souhaite
être autre chose qu'un artiste à succès, en tout cas, pas en faisant
n'importe quoi, ou en agissant les yeux fermés, ce virage va s'amorcer au
moment de présenter son nouveau spectacle à BOBINO en 1982 où il mêle la
musique sud-américaine à ses chansons en français dans son répertoire,
accompagné par des musiciens argentins, il va étonner, surprendre … et
convaincre ! Il va faire à ce moment là une rencontre capitale avec un
nouvel auteur, elle s'appelle Jacqueline Levasseur, et produit des
spectacles de musique et folklore du “pays tango” …

Fin 1983, avec Jairo, les argentins sont plus d'un million deux cent mille
personnes réunis à Buenos Aires pour entonner l'hymne “Venceremos” (We shall
overcome), et saluer le retour à la démocratie, Jairo est venu soutenir Raul
Alfonsin du Parti Radical (Loin d'être favori au milieu des autres
candidats), il va aussi va multiplier les allers retours entre la France et
le continent latino-américain.

FRANCE-ESPAGNE-AMÉRIQUE : JAIRO en 3 dimensions…

1984 va marquer un tournant décisif dans la carrière de Jairo, avec
l'enregistrement d'un album qui va sortir simultanément en Espagne, aux
états Unis et en Amérique latine, et dont nous connaîtrons en partie
l'adaptation française avec un nouvel album dérangeant intitulé “LE DIABLE”
, il prend un virage à 180°, nouveau look, nouveau répertoire grâce au
concours de Jacqueline Levasseur, et un premier clip étonnant présenté dans
les salles de cinéma français, et un retour à l'Olympia au mois de décembre.

Sans parler “d'album de la maturité”, Jairo déclarera : “… C'est exactement
là où je voulais aller ! …”, une réponse implacable à ceux qui
l'accuseraient d'être un chanteur superficiel. Lui qui ne cache pas son
admiration pour tous ces auteurs ou interprètes de toutes générations
découverts en France et auxquels il est si attentif, comme Patricia Kaas,
Renaud, Vanessa Paradis, Serge Gainsbourg, Françis Cabrel, Laurent Voulzy,
etc …

En 1986, avec une nouvelle équipe, il crée sa société de production et
publie l'album “LA TRACE DE MES PAS”, un titre autobiographique écrit par
Jean-Marc Chérino, l'année suivante, sur un plateau télé, Jairo fait une
rencontre incroyable avec Sapho. Ils vont décider d'enregistrer en duo
“Duerme negrito”, ravis de remettre au goût du jour cette berceuse cubaine
rendue célèbre par le grand poète Atahualpa Yupanqui pour lequel ils vouent
chacun une grande admiration.

Plus tard, en tournée en Amérique latine, Jairo est invité par Sylvio
Rodriguez à interpréter sur scène “Cancion urgente para Nicaragua”, il
ramène cette chanson dans ses bagages, et en fait une version qui donnera le
titre d'un nouvel album, ce sera “NICARAGUA”, publié fin 1987 et dédié aux
droits de l'homme.

Toujours là où on ne l'attend pas, Jairo est de retour sur scène en 1988 au
BATACLAN, sur des textes et une mise en scène de Jean Guidoni, il surprend
par le côté théâtral de son spectacle, le public et les critiques sont en
osmose, Jairo a gagné son pari, et décide de poursuivre sa collaboration
avec Jean Guidoni sur l'album “FLECHAS DE NEON“, où, avec la complicité de
Jacqueline Levasseur, ils vont adapter les textes d'un certain Daniel
Salzano dont Jairo vient de faire la connaissance. Cet album sortira
simultanément en Amérique latine.

En 1990, à l'occasion du 100ème anniversaire de la naissance de Carlos
Gardel, Jairo crée, d'abord à Toulouse, “REVOLVER, le Fantôme du Rio de la
Plata“, hommage au chanteur né dans cette ville, et pour lequel Jairo, comme
de nombreux argentins, voue une véritable admiration. Le spectacle est
ensuite présenté au Casino de Paris, avec un livret signé à la fois par
Daniel Salzano adapté en français par Jacqueline Levasseur. Cette grosse
production part en tournée en Amérique du Sud où le spectacle rencontre un
tel succès qu'il oblige provisoirement Jairo à un dilemme entre son pays et
la France, où sa famille réside toujours.

Finalement, il se résout à revenir vivre en argentine où il n'avait pas
résidé depuis plus de vingt ans, fidèle à tous les lieux qui ont su lui
réserver le meilleur accueil comme l'Espagne et la France.

Depuis, Jairo poursuit une carrière très populaire en Argentine où il
enchaîne les tournées et les créations de spectacles avec toujours le même
bonheur, le parcours d'une décade argentine que nous vous invitons à
découvrir.

En 1993 il décide de s'installer à Buenos Aires et d'inscrire son répertoire
dans les réalités passées et présentes de l'Argentine. Avec son épouse
Teresa (Son manager), ils fondent la même année la société TST qui leur
permet de produire de façon indépendante la carrière artistique du chanteur,
une liberté qui guide chacun de leurs projets depuis dix ans.

Jairo choisit d'abord de rendre hommage aux deux compositeurs argentins
qu'il respecte le plus et dont l'envergure artistique est universellement
reconnue : Atahualpa Yupanqui et Astor Piazzolla.

En parallèle, il développe un répertoire singulier en collaboration avec
Daniel Salzano, ancien chroniqueur du quotidien espagnol El Pais. Jairo
n'entend pas rompre pour autant son attachement avec la poésie française en
continuant d'interpréter des standards de notre répertoire national tels que
: “Les feuilles mortes” (Prévert-Kosma) , “Je l'aime à mourir” (Cabrel),
“La Prière” (Brassens), “La complainte de la butte” (Renoir-Van Parys) en
duo avec son fils Yaco, sans oublier “Liberté”, poème de Paul Éluard que
Jairo a mis intensément en musique et fait découvrir au public français
avant même de connaître notre langue.

Cette liberté vaut à Jairo d'être sans aucun doute devenu l'un des artistes
les plus respectés en Argentine et dans tout le continent latino-américain,
et ce n'est pas un hasard si Rene Vargas Vera, critique du premier quotidien
argentin El Clarin, affirme : « Jairo chante comme les dieux (…) on peut
dire qu'il a en commun avec eux l'art de l'inspiration ».

En 1998, Il est nommé Chevalier dans l'ordre des Arts et Lettres par le
gouvernement français, qui marque ainsi sa reconnaissance au « plus français
des argentins ».

JAIRO “SOY LIBRE”

Sa rencontre avec le poète Daniel Salzano a été déterminante dans
l'évolution du répertoire actuel de Jairo. Elle lui a permis de continuer à
concilier ses chansons avec sa personnalité, et aussi de s'attribuer toutes
les compositions des albums écrits avec lui. Nombre de chansons composées en
commun sont depuis devenues des classiques de la pop argentine.

Daniel Salzano, très inspiré de références cinématographiques, inscrit ses
textes dans un univers propre à la vie urbaine argentine, principalement
celle de Buenos Aires.

On y retrouve des personnages et des situations proches des rêves et des
sentiments de n'importe quel citadin, dans une ambiance qui rappelle souvent
celle des films de Tim Burton ou des frères Coen. Le premier fruit de cette
riche collaboration est le disque Cielos en 1994, entièrement produit et
arrangé par Pedro AZNAR, un génie du jazz et du rock (Bassiste de Pat
Metheny) qui donne à cet album une dimension extraordinaire et une couleur
musicale “aérienne” jamais entendues. Une partie des enregistrements et du
mixage ont été réalisés à New York, et dans les célèbres studios d'Abbey
Road, par Ted Jensen en particulier, qui collabora avec Madonna ou encore à
l'album de duos de Franck Sinatra.

En 1995, Jairo a marqué ses vingt cinq ans de carrière en offrant
simultanément au public une série de concerts et deux albums souvenirs d'une
tournée triomphale en Argentine, un volume retrace son répertoire à travers
ses succès un peu partout dans le monde, tandis que l'autre fait la part
belle aux plus beaux fleurons de la musique hispano-américaine qui ont
croisé son chemin au cours de cette tournée. Ana Belen, Mercedes Sosa,
Heladia Blasquez, Ariel Ramirez, Jaime Torres, Lito Vitale vont créer avec
Jairo des duos et trios inoubliables sur des standards universellement
connus !

Jairo n'oublie pas de rendre hommage à d'autres auteurs en proposant en 1997
“ESTAMPITAS” (Icônes) un album concept réunissant des chansons au regard
singulier sur la religion catholique. Un des titres “Solo le pido adios” a
connu plusieurs versions, entre autre celle de Mercedes Sosa, et, plus près
de nous en France, celle de Florent Pagny. Plus surprenant, l'adaptation par
Jairo de “La prière” de Georges Brassens ou encore cet “Avé Maria” inédit
composé par Astor Piazzolla.

En 1996, il enregistre l'œuvre conjointe de Piazzolla et de l'écrivain Jorge
Luis Borges, “TANGOS & MILONGAS”, aux côtés du bandonéoniste Daniel Binelli
et de l'acteur Lito Cruz.

« Atahualpa Yupanqui est sans aucun doute l'un des plus grands artistes
qu'ait donné l'Argentine, dans tous les sens du terme. Il a imposé à la
grande ville un regard différent sur le pays» disait Jairo. C'est ce regard
qu'il a tenté d'illustrer lors du spectacle “ATAHUALPA POR JAIRO” : un hymne
au folklore argentin et à ces racines à travers la danse, le chant, la
musique et le récit. Totale réussite puisque le spectacle a tenu deux
saisons à Buenos Aires, de 1996 à 1997, unissant chaque soir la ville et la
campagne. Le spectacle a par la suite été présenté au Mexique. Au delà du
spectacle lui rendant hommage, le poète au visage charismatique a toujours
été présent dans le répertoire de Jairo depuis plus de dix ans. Jairo est
reconnu, avec Mercedes Sosa, comme l'un des plus grands interprètes actuels
de Yupanqui.

Il enregistre en 1998 une nouvelle version de l'opéra “MARIA DE BUENOS
AIRES” produite par le célèbre violoniste lettonien Gidon Kremer. L'album
est suivi d'une tournée mondiale avec notamment des représentations à
l'opéra de Vienne, à l'acropole d'Athènes , en Turquie, dans les Pays
Baltes, en Belgique et en Allemagne. Le disque fut nominé aux Grammy Awards
américains.

La consécration de la collaboration entre Jairo et Salzano est atteinte
lorsque, en 1999 l'album “BALACERA” (La rafale) est nommé meilleur disque
pop de l'année en Argentine., et dont le concept n'est pas sans rappeler
“Chansons pour les pieds ” où Jean-Jacques Goldman utilisait aussi une
variété de rythmes invitant à la danse et à la fête …

En 2000, Jairo a rendu un des plus beaux hommages au “Che Guevara” en
interprétant le révolutionnaire argentin au travers de poèmes écrits par
Hamlet Lima Quintana sur des musiques composées par Oscar Cardozo Ocampo,
sur des rythmes de són, de candombe, de habanera et de rumba. L'album “CHE,
DIARIO DEL REGRESO“ (Journal du retour) s'inspire d'une légende née d'un
épisode de la conquête espagnole, reprise par les cubains à la mort du
Commandante. L'œuvre commence à la découverte des restes de Ernesto Guevara
par les anthropologues en 1997 en Bolivie et se poursuit tout le long du
transfert de la dépouille jusqu'à la ville de Santa Clara à Cuba. C'est à
cet endroit d'ailleurs, que fut célébrée la première mondiale du spectacle
en 2001.

2001 est une nouvelle année bien remplie pour notre chanteur argentin qui
marque ses trente ans de carrière en publiant une compilation en 4 volumes
dont la première édition en CD de l'œuvre “JAIRO CANTA A BORGES”, ainsi que
de nombreux titres inédits. Il entame également une de ses plus grandes
tournées, “PURO JAIRO” est un succès incontestable tant en CD qu'en public
ou on joue à guichets fermés le spectacle jusqu'en 2003 !

C'est à la fin de cette même année que sort en Europe le disque “JAIRO CANTA
PIAZZOLLA” accompagné à la guitare par Leonardo Sanchez qui signe également
les arrangements. Cet album reprend des chansons inédites de Piazzolla,
laissant deviner la possibilité de créer un véritable spectacle aussi intime
que l'album.

2004, une année importante pour Jairo, qui retrouve au bout de trois ans son
complice Daniel Salzano, avec lequel il vient de publier l'album
“FERROVIARIO” (Le cheminot), un album très attendu, présenté en juillet au
public argentin.
persofg Le 17/02/2005 à 18:33
Dernière chose importante, vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire sur la première mail-liste française consacrée à Jairo, en attendant l'ouverture du site internet officiel français.

ClubJairofr@gmail.com

A bientôt
aqua_bassino Le 10/04/2005 à 02:15
Début 80, pendant un méga-gala le seul artiste sur 60 à s' être déplacé personnellement pour nous remercier ( la régie son ) pour notre travail et bien c' est Jairo …Ca fait plaisir . Un garçon sympathique et talentueux .
wolflanders Le 17/07/2005 à 12:16
Bravo pour cette biographie de JAIRO, je voudrais savoir si le club français existe maintenant.
Dave O'Brien Le 26/12/2005 à 01:48
Une interview (en français) de Jairo :
http://www.musicargentina.com/fr/interviews/jairo-…
persofg Le 18/09/2006 à 01:54
BONNE NOUVELLE !!! Cette fois, c'est officiel, j'ai le plaisir de vous annoncer la sortie le 2 octobre dans les bacs de la compilation tant attendue de Jairo "Best of" JAIRO Les Jardins Du Ciel, publié para EMI Music France. Surveiller vos écrans TV et vos ondes radio où Jairo sera présent entre le 10 octobre et le 8 novembre. Et toujours l'adresse officielle du site argentin www.jairo.com.ar et l'adresse mail réservé aux fans français : ClubJairofr@gmail.com
choupette1205 Le 18/11/2006 à 22:05
bonjour

chaque fois que je laisse un commentaire, je ne le retrouve pas la fois suivante??
je voulais simplement savoir, moi qui ai assiste a de nombreux spectacles de jairo debut des annees 80 si il va revenir en france pour des spectacles ou pas,
meme si il y a plus de 25 ans que j ai assiste a un gala , je suis toujours aussi emerveillee de l ecouter et ça me ferait vraiment plaisir de le revoir
alors si vous savez qu il revient en france faites le moi savoir merci
choupette1205 Le 21/01/2007 à 20:11
et bien on ne peut pas dire qu il y a grand qui passe par ici
toujours personne pour me repondre
dommage!
persofg Le 12/02/2007 à 18:17
Bonjour Choupette ! Vous qui avez consulté ce site réservé aux nostalgiques, vous avez du noter les diverses adresses que j'ai pu vous communiquer, alors écrivez au CLUB JAIRO France sur ClubJairo@tele2.fr pour être tenue informée de l'actualité de Jairo. Pour la scène, il va falloir patienter un peu, Jairo devrait être de passage en France vers le printemps pour travailler sur un nouveau projet "top secret" pour l'heure … Il a très envie de revenir sur scène en France, venez nous communiquer votre e-mail pour recevoir la newsletter du Club. À bientôt !
persofg Le 23/02/2007 à 14:57
Merci Choupette (Pascale), RDV pour toutes les infos concernant JAIRO sur son site officiel www.jairo.com.ar, et pour vous inscrire au club français ClubJairofr@gmail.com.

À bientôt !!!
le Ratou Le 19/09/2008 à 16:51
En mémoire d'un pote de Rennes qui croyait avoir pris deux places pas chères pour un concert d'Al Jaro… et qui s'est tapé Jairo!
beau-jo-le-pif Le 05/07/2010 à 19:25
Il aurait 60 ans !!! c'est dingue, on voudrai qu'il reste comme ça tout le temps le petit Jairo merci pour les jardins du ciel belle chanson.
Senninhay Le 24/11/2010 à 22:55
Senninhay, 24/11/2010, 23 h
Il y a quelques jours, grace à France 3, j'ai écouté avec bonheur la chanson " Les Jardins du Ciel ", qu'il a merveilleusement interprêtée. En fait, ce soir là, j'ai retrouvé Jairo. Voilà : la vie, le travail ont pris beaucoup de mon temps et je ne me suis pas préoccupée de ce que devenait Jairo. Je le regrette infiniment car j'aurais pu assister à l'un de ses concerts, acheter les disques, bref je regrette d'avoir manqué tout cela. Après l'émission, j'ai vite acheté le CD de mon cher Jairo, 20 chansons que j'écoute souvent. J'apprécie tout et suis heureuse d'écouter Jairo chanter (il est le seul) : A la claire fontaine. Jairo connaît fort bien la langue française et qu'il ait choisi cette chanson, me touche beaucoup, car cela montre que Jairo maitrise parfaitement la langue française et sait repérer les bons textes. Il apprécie le regretté Brassens, ce qui est rare, même de la part des chanteurs français, ce qui montre qu'il connait et apprécie des chansons que les autres chanteurs, méconnaissent. J'ai aussi bien sûr acheté le DVD Anthologie, et quel bonheur de voir Jairo interpréter toutes ces chansons, il fait mon bonheur au quotidien. Et j'en veux d'autres, d'autres mélodies, le plus possible, pour rattraper tout ce que j'ai manqué. Ecouter Jairo chanter est un vrai bonheur et mes journées en sont ensoleillées. Merci cher Jairo, pour ce que vous êtes. J'ai aussi apprécié le naturel de Jairo (dans l'émission de France 3), Jairo qui ne masque pas ses cheveux gris désormais, son visage souriant, il a visiblement apprécié d'être beaucoup applaudi. Si un jour Jairo revient chanter en France, je ferai tout pour ne pas le manquer, avoir le bonheur de l'écouter chanter. J'ai retrouvé mon cher Jairo, je ne veux pas manquer toutes les opportunités qui pourraient se présenter. Jairo, c'est du BONHEUR !
Senninhay Le 27/11/2010 à 10:41
Senninhay, 27/11/2010
Jairo a enregistré une chanson pour Les Années Bonheur, qui sera présentée par Patrick Sébastien sur France 2 le 11 décembre, avec Dorothée et d'autres.
Ne manquez pas ce rendez-vous où nous aurons le plaisir d'entendre Jairo chanter en France, dans une émission.
Si seulement il pouvait venir en France pour un concert, ce serait magnifique …….
persofg Le 01/12/2010 à 02:04
Pour retrouver Jairo :

CLUB JAIRO France / ClubJairoFr@gmail.com
Argentine (Sites Officiels) : SITE > www.jairo.com.ar
Club Jairo France Sur Youtube : http://www.youtube.com/ClubJairoFrance

JAIRO sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Club-JAIRO-France/1…

À bientôt !
Senninhay Le 02/12/2010 à 11:08
Senninhay, le 02/12/2010 à 11 h
Merci à persofg, qui donne des infos pour contact
Pour le Site Officiel (en construction) : bonne initiative, bon courage, c'est bien !

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !