Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Bigoudis Brothers

membre n° 14711

Evénement à venir :

  Hautmont Belle-Ile 2017


  Lieu : Centre ville d'Hautmont, le 1 juillet 2017 jusqu'au 2 juillet 2017. Plus d'infos

Profil

Image de Bigoudis Brothers


Je suis : Peu importe

Inscription : 06/07/2002 15:42:41


Messages forum :
2


Commentaires : 1

Présentation

Bonjour, nous somme les frères Deyer, Bernard (à gauche), et Emmanuel (à droite), autrefois connus, mais malheureusement pas reconnus, sous notre nom de scène : les Bigoudis Brothers
Nous sommes originaires de Lens, où notre papa était mineur et notre maman ouvrière dans une usine de crayons…

Notre plus grande grande fierté reste notre disque avec Francine







Bonjour, je suis Emmanuel Deyer, l'ainé des Bigoudis Brothers. Avec mon frère, Bernard, nous avons eu très tôt l'âme de musiciens, même si nos parents n'avaient pas les moyens de nous offrir de beaux instruments, ils ont toujours essayés de nous pousser à notre passion, sans en oublier l'école bien sûr !
C'est justement à l'école, à Lens, que nous avons rencontrés Francine, Elle, elle chantait tout le temps, et son père Auguste Leroux, grand industriel de la région, voulant faire connaître la marque de ses produits capillaires Leroux, et devant l'insistance de sa fille, a décidé de lancer Francine dans la chanson ( elle avait déjà gagné quelques prix dans des petits concours locaux ). Claude Carrere, qui venait juste de lancer Sheila, a commencé à faire pression pour stopper le projet en apprenant la nouvelle, ayant peur que sa protégée soit concurencée par une autre fille, Il a donc fallut trouver un arrangement pour contenter tout le monde.
C'est à ce moment que nous avons été contactés.
Francine, réticente, avait peur de se faire voler la vedette et n'a pas été entierement d'accord, mais c'était la seule condition.
Nous avons donc enregistré un premier 45 t, puis un album ( qui ce sont avérés de gros échecs commerciaux ). Et les sales histoires ont commencées.
J'ai épousé Francine, qui était enceinte, tandis que Bernard criait sur les toits qu'il était le papa de ce petit Pierre ! Et moi qui me refusait à croire que cette rumeur de liaison entre eux était fondée.



Vint ensuite un second 45 T, qui fut aussi un véritable échec puis peu après la naissance de nos filles (des triplées), Sarah, Suzanne et Sandy.



Francine rêvait d'une vraie carrière, Bernard souhaitait écrire des textes et faire une carrière solo. Plus rien ne marchait dans le bon sens, le groupe s'est séparé. Elle, voulant toujours plus, et ayant peur de retomber dans l'anonymat, a commencé à poser pour des magazines à pauvre réputation, délaissant les quatres enfants. Bernard, a voulu récupérer la garde de Pierre, et a dévoilé le scandale de ma fausse paternité de l'ainé. Nous nous sommes donc fachés suite à la parution de cette photo :


Vint ensuite le divorce puis Francine a petit à petit sombré dans l'alcool et je me suis retrouvé tout seul pour élever les enfants.





Je suis aujourd'hui remarié et heureux, je me suis aussi reconcilié avec Bernard après le décès de nos parents. Avec le recul je me rends compte que finalement « Francine & les Bigoudis Brothers « n'étaient en fait qu'un coup de publicité, et que les divers scandales de cette histoire n'ont servis qu'à nous détruire mutuellement.





Mon nom est Bernard Deyer, le plus jeune des deux Bigoudis.
J'ai d'abord eu une scolarité désastreuse, j'étais très turbulent en classe et je me suis fait renvoyé plusieurs fois de l'école, dont une fois pour avoir organisé un trafic de crayon de couleurs en provenance directe de l'usine de Maman. Ça a failli la tuer mais ça ne m'a pas arrêté.
J'allais sombrer complètement dans la délinquance, j'avais été contacté par la Bande des voleurs de 4L pour un gros coup cette fois-ci, quand l'opportunité du disque avec Francine et Manu s'est présentée. Je pensais que c'était enfin la chance de ma vie, que ça me permettrait enfin d'être quelqu'un.

C'était le cas au moins dans les débuts. L'enregistrement et la tournée promotionnelle pour le lancement de la gamme de produits Leroux ce sont très bien passés même si Auguste Leroux et le producteur voulaient contrôler toute la production du premier disque sans tenir compte de nos idées pour les paroles et la musique, nous avons laissé faire en pensant qu'on se rattraperait sur le suivant.
Malheureusement passée la période euphorique du début, tout s'est mis à se dégrader très vite, Francine qui sortait alors avec Manu est tombée enceinte … mais pas de lui. Il m'avait demandé de surveiller Francine lors d'une soirée d'inauguration d'une nouvelle chaîne à l'usine Leroux, soirée trop arrosée que nous avons terminée dans les bras l'un de l'autre.
La descente aux enfers s'est accélérée lors de la sortie du deuxième 45T : Leroux ne voulait toujours pas nous laisser travailler à son écriture et lors de la mini-tournée organisée dans l'Est de la France, j'ai craqué et après un concert à Vesoul, je me suis enfui avec une démonstratrice de Leroux et la caisse de la buvette qui ne contenait … que deux Cacolac et une Suze ! Ça n'a évidemment pas suffit à faire rester ma complice auprès de moi mais a bien précipité la fin du groupe et de ma carrière musicale.
Ne pouvant décemment rentrer dans le Pas-de-Calais, j'ai erré quelques temps dans le sud de la France de petits boulots en coups minables avant de m'installer définitivement dans une communauté agricole dans le Larzac où je coule depuis des jours paisibles loin des tourments de ma jeunesse avec ma femme et nos deux fils Michel et Christophe.




Nous avons également avec nous le meilleur fan club du monde ;)