Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Evénement à venir :

  Actualisation ! Bide & Musique : soirée des 20 ans !


  Lieu : Seven Spirits (7 rue St Hélène, 75013 Paris), le 3 octobre 2020. Plus d'infos

Fiche disque de ...



Ennio Morricone - Peur sur la ville

Voir du même artiste


Titre : Peur sur la ville


Année : 1975


Auteurs compositeurs : Ennio Morricone


Durée : 4 m 9 s


Label : WEA


Référence : 56.135



Présentation : Thème principal du film Peur sur la ville de Henri Verneuil avec Jean-Paul Belmondo, Charles Denner et Adalberto Maria Merli.

Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

9 personnes ont ce morceau dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

(instrumental)
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

3 commentaires
scaracrabe Le 09/02/2020 à 20:30
Merci à peter&sloane pour ce titre.
cherrysalsa Le 23/02/2020 à 20:23
Quelle ambiance extraordinaire créée par le maestro !
On sent que l'on est pas là pour la grosse poilade.
morphee Le 02/08/2020 à 21:10
Un polar à l'américaine qui fait voyager dans le Paris et la France des années 1970…
Bon, y'a quand même deux éléments presque nanardesques dans la réalisation de Henri Verneuil… La scène finale, très courte avec Belmondo sauveur de la Tour la plus affreuse du Front de Seine aidé par l'élite du GIGN, relégués en tant que simples figurants… Pas loin du grand n'importe quoi.
Et surtout le personnage de Minos, à peine déguisé et au physique très reconnaissable. Le tandem de choc Belmondo/Drenner le croise une première fois à l'Hôpital de la Trinité, en tant qu'infirmier et collègue intime d'une femme harcelée, sans éveiller aucun soupçon… Soit. Ensuite, après avoir commis un autre méfait, il croise à la fois Denner dans les escaliers de l'immeuble de sa victime, puis est poursuivi à visage découvert et à distance très proche par Belmondo sur les toits puis dans les rues de Paris dans une course poursuite qui dure facilement quinze minutes… Et il réapparaît tranquillou sans déguisement dans les locaux de l'équipe de choc de Bébel sans éveiller aucun soupçon pour leur donner un indice. De deux choses l'une: ou la réalisation est particulièrement maladroite, ou sinon Verneuil a voulu délibérément discréditer la police criminelle.

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !