Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Les Fatals Picards - Mon père était tellement de gauche

Voir du même artiste


Titre : Mon père était tellement de gauche


Année : 2006


Auteurs compositeurs : Ivan Callot - Laurent Honel - Paul Léger


Pochette : AK


Durée : 3 m 18 s


Label : On Music


Référence : 0825646991969


Plus d'infos

Partager ce morceau

Personne n'a cette chanson dans ses favoris

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

On ne choisit pas son enfance, on m'a pas laissé être droitier
Mon père m'emmenait jamais au square mais aux réunions d'comité
Mon père était tellement de gauche qu'on habitait rue Jean Jaurès
En face du square Maurice Thorez avant d'aller vivre à Montrouge

On a été en U.R.S.S. l'hiver , les pays de l'est c'est mieux l'hiver
On voit bien mieux les bâtiments, les nuances de gris ça flashe sur le blanc
Devant la statue de Lénine, pour nous c'était le grand frisson
Moins 24 c'était pas terrible et les chapkas étaient en option
Mon père était tellement de gauche que quand est tombé le mur de Berlin
Il est parti chez Casto pour acheter des parpaings

On mangeait des Lenin's burgers, fallait vraiment faire attention
Il y avait du choux, une pomme de terre, la viande elle était en option
On achetait du coca Kolkose approuvé par le comité
Ça devait soigner la silicose, on s'en servait pour désherber
On regardait pas la contrebande, on regardait pas la corruption
La Sibérie c'était Disneyland, le discernement en option

Mon père était tellement de gauche qu'à son mariage dans l'église
On chantait l'Internationale, les femmes portaient des faux cils
Mon père était tellement de gauche, on a eu tout plein d'accidents
Il refusait la priorité à droite systématiquement

Les copains se foutaient de moi tout le temps, car à l'école au premier rang
J'avais les lunettes de Brejnev et le dentier d'un Tupolev
Mon père était tellement de gauche, qu'en 81 il croyait que ça changerait
Je ne sais pas quelle tête il aurait fait en 2002 en allant voter
Et même si tout ce que je raconte n'est pas tout à fait vrai
Le socialisme comme paradis nous on y croyait
Mon père était tellement de gauche, que lorsqu'il est parti
La gauche est partie avec lui
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

Pas de commentaires !

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !