Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Nicolas Peyrac - Douze ans déjà

Voir du même artiste


Titre : Douze ans déjà


Année : 1978


Auteurs compositeurs : Nicolas Peyrac


Durée : 3 m 25 s


Label : Music For Pleasure


Référence : 2 M 026-13373


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

Personne n'a cette chanson dans ses favoris

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

J'avais eu quatorze ans en octobre je crois
Je me prenais encore quelquefois pour le roi
Je rentrais de New-York et à cet âge-là
Quand on a vu New-York on dit qu'on a vu Troie
J'écoutais la radio plus souvent qu'on ne doit
Et ce soir-là quelqu'un racontait que là-bas
Près de la Bourse aux Livres de cette ville-là
On arrêtait un homme qui rentrait de Cuba
Et voilà, douze ans déjà
Mais l'Amérique ne bouge pas
Il n'y a que moi qui parle encore de mes remords
Les autres n'en ont pas
Le vingt-deux novembre de cette année-là
Un pont de chemin de fer enjambait le convoi
Quelque chose bougea quelque part près d'un toit
Et sa tête éclata comme éclate une noix
On n'en arrêta qu'un et puis comme il se doit
On tua les témoins pour qu'ils ne parlent pas
Des voitures…
On n'en arrêta qu'un et puis comme il se doit
On tua les témoins pour qu'ils ne parlent pas
Des voitures garées tout près du pont de bois
Et des fumées bizarres qui partirent de là
Et voilà, douze ans déjà
Mais l'Amérique ne bouge pas
Il n'y a que moi qui parle encore de mes remords
Les autres n'en ont pas
En plein mois de septembre de cette année-ci
Quelques gosses traînaient chez Mr Publicis
Venant de n'importe où, d'ailleurs ou de Paris
Les drugstores le dimanche, c'est comme le mercredi
Tout le monde se souvient de ce dimanche-là
Et quelques uns racontent, d'autres ne pourront pas
Les grenades quadrillées on en trouve parfois
Il faut seulement savoir
Qu'elles tuent à cent pas
Et voilà, tout ça pour quoi
Pour dire que je suis encore là
Moi j'ai eu la chance seulement seulement de vivre en France
Et de rester chez moi
Oui j'ai eu la chance seulement seulement de vivre en France
Et de rester chez moi
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

1 commentaire
Flaming Youth Le 27/11/2020 à 11:46
22 novembre, tête qui éclate… Il semble que la chanson parle de JFK (bien qu'il soit question de New York et non de Dallas), qui a été assassiné en 1963 et non 1966 comme le calcul par rapport à la date de sortie suggérerait… Le titre est-il resté trois ans dans un tiroir ?

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !