Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Willy Staquet - L'internationale

Voir du même artiste


Titre : L'internationale


Auteurs compositeurs : Pierre Degeyter


Durée : 2 m 38 s


Label : BIAC


Référence : B 10527


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

23 personnes ont ce morceau dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

(instrumental)
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

11 commentaires (dont 1 archivé)
bill_baxter Le 03/09/2006 à 22:06
Les paroles (quand on est dans une version chantée) sont d'Eugène Pottier.
saez44 Le 03/09/2006 à 23:48
Voici les paroles d'eugène pottier qu'il a écrit suite à la commune de paris en 1871…
Pierre Degeyter ne composa que bien plus tard la musique de ce qui devient l'hymne des travailleur,le chants révolutionnaire prolétaire numéro 1.

Debout, les damnés de la terre
Debout, les forçats de la faim
La raison tonne en son cratère,
C'est l'éruption de la faim.
Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout, debout
Le monde va changer de base,
Nous ne sommes rien, soyons tout.

C'est la lutte finale ;
Groupons nous et demain
L'Internationnale
Sera le genre humain.

Il n'est pas de sauveurs suprêmes
Ni Dieu, ni César, ni Tribun,
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes
Décrétons le salut commun.
Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l'esprit du cachot,
Soufflons nous-même notre force,
Battons du fer tant qu'il est chaud.

L'Etat comprime et la Loi triche,
L'impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s'impose au riche ;
Le droit du pauvre est un mot creux
C'est assez languir en tutelle,
L'Egalité veut d'autres lois ;
" Pas de droits sans devoirs, dit-elle
Egaux pas de devoirs sans droits ".

Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail
Ont-ils jamais fait autre chose
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la banque
Ce qu'il a crée s'est fondu,
En décrétant qu'on le lui rende,
Le peuple ne veut que son dû.

Les rois nous saoûlaient de fumée,
Paix entre nous, guerre aux Tyrans
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l'air et rompons les rangs !
S'ils s'obstinent ces cannibales
A faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

Ouvriers, paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs,
La terre n'appartient qu'aux hommes,
L'oisif ira loger ailleurs.
Combien de nos chairs se repaissent !
Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours.
prospectors Le 07/09/2006 à 19:55
Bizarre la pochette ? L'un des titres est "les Tournaisiens sont là" mais la ville de Tournai (Je suis moi même Tournaisien) n'apparait pas sur la carte de la Belgique dessiné sur la pochette ! Un comble ! (ou un simple oublie)
dixieland Le 08/09/2006 à 19:36
Autre erreur sur la pochette : C'est "li bia boUquet" ,air traditionnel namurois ,véritable hymne, et qui raconte l'histoire d'un mariage…d'où le bouquet . Et pas "boquet" qui signifie morceau en wallon .
pjtuloup Le 28/02/2007 à 22:12
Ce morceau est une véritable mine pour les arrangeurs de toute sorte: ne mentionnons que pour mémoire l'inoubliable version de Michel Magne dans un film de Jean Yanne, où elle se superpose à la Marseillaise
vvfd Le 10/09/2007 à 20:31
Et si on faisait table rase du present une fois la maintenant, juste pour changer ?
Dam-Dam Le 19/05/2008 à 17:57
Je conseille la version disco de l'Internationale par un groupe növö en 1981 qui s'appelle Artefact : http://artefact.band.free.fr/mp3.html

Ce groupe est surtout pour avoir eu comme membre GM Dantec, écrivain controversé de polars futuristes.
FrVi Le 01/11/2008 à 20:20
Il était sous contrat avec la RTBF à l'époque
belgobelge Le 06/01/2009 à 22:09
… et demain, la bière nationale … remplacera le vin
bfjackvd Le 13/01/2010 à 19:51
Fallait oser!
Ça me rapelle une version jouée par un grand orchestre symphonique et entendue sur une petite radio locale française lorsqu'on les appelait encore des radios "pirate"…

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !