Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Alain Boulmé - Pilule tango

Voir du même artiste


Titre : Pilule tango


Auteurs compositeurs : Édouard Rombeau / Achille Delaporte - Marcel Defives


Durée : 2 m 12 s


Label : EPN


Référence : 62 041


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

4 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

J'étais la coqueluche des midinettes
Moi le p'tit Gégène du coin d'la rue
Le temps de dire « amen ! » c'était leur fête
« Et alors ? » Mais hélas, le truc est venu
Adieu les sensass parties de gamebettes
Avec allers-retours au septième ciel
Désormais l'amour n'vaut plus tripette
Le truc lui a coupé les ailes
« Et ta sœur ? » Pilule, pilule
L'a-t-elle prise, ne l'a-t-elle pas prise ?
Pilule, pilule, comment le voir, comment l'savoir ?
Pilule, pilule, quand on le sait c'est la surprise
« Et alors ? » Pilule, pilule
On fait ceinture ou pas ceinture

C'est partout la même chansonnette
Pour tout le monde c'est le même refrain
« Ah ben tu t'répètes petit oh hé »
Du Dom Juan au mari bêbête
Le mystère est là, il vous tient bien
À quoi bon les serments les promesses
Ce qu'il y a au bout n'en dépend plus
Autant la boucler comme à la messe
« Alors ben ça… » Le résultat, ben, y en a plus
Pilule, pilule
L'a-t-elle prise, ne l'a-t-elle pas prise ?
Pilule, pilule, comment le voir, comment l'savoir ?
« Oui, ben au revoir »
Pilule, pilule, quand on le sait c'est la surprise
« Et alors ? » Pilule, pilule
On fait ceinture ou pas ceinture
« Ce soir, c'est ceinture ! »

Transcripteur : mouke
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

4 commentaires
Phatal Le 13/10/2006 à 08:27
Un texte aussi aride que la pochette. 1974 ?
mouke Le 13/10/2006 à 10:34
J'ai un autre disque d'Alain Boulmé sous la référence EPN 62 039 qui peut être raisonnablement daté de 1971 d'après la date inscrite par un ancien propriétaire du disque, donc celui-ci doit être aussi de 71.
pjtuloup Le 10/10/2008 à 23:32
Serait-ce Ginette Garcin qui bougonne en écho au chanteur ?
Laura Biencherché Le 09/05/2013 à 15:04
☺☺☺

Commentaire de Laura Biencherché :

1)

Évidemment,
considérant ce bâton qu'Alain Boulmé nous a si complaisamment tendu,
pour qu'on puisse le battre tout notre saoul,
il serait trop facile de descendre en flammes son œuvre chansonnière,
en écrivant par exemple :

« Quand Alain Boulmé nous parle de sa carrière pro à Paris, et qu'il affirme :
« je suis ouvert à toutes les musiques, s'il s'agit de vraie musique »,
(comme il le fait par exemple sur le profil qu'il a posté sur EasicZic.com,
sous le pseudo de Wheedler),
il faut en fait comprendre que ce Môssieur est l'auteur de plusieurs 45 tours,
dont l'inanité des pochettes n'a d'égale que l'aridité ininspirée des paroles,
la platitude à visée commerciale de la musique,
le 2ème degré moins-le-quart de l'interprétation
(ou son 1er degré trois-quart, comme on voudra…,
dont tous les auteurs et les compositeurs avisés
se méfient pourtant comme de la peste, car tombant presque toujours à plat). »

2)

Ma bonté fondamentale m'a néanmoins encouragé à
une deuxième lecture de cette œuvre…
Voici donc ma critique alternative de « Pilule Tango » :

• Sur la forme :

On admirera l'absolue richesse des rimes entre « prise » et « surprise »…
Ah, quelle recherche poétique ! Quelle subtilité dans l'assonance !

On appréciera également l'effet de récurrence généralisante,
induit par l'utilisation et la réutilisation du mot « truc ».

« Mais hélas, le truc est venu. »
« Le truc lui a coupé les ailes. »

Et aussi, au passage,
on ne pourra que rester sans voix devant la profondeur philosophique
qu'apporte l'éclairage des phrases scandées par la voix répondante :

« Et alors ? »
« Et ta sœur ? »
« Oui, ben au revoir ! »
« Ah ben, tu t'répètes, petit, oh hé ! »

• Sur le fond :

On restera confondu par l'ampleur du dilemme
auquel est confronté le héros de cette aventure dantesque :

« L'a-t-elle prise, ne l'a-t-elle pas prise ? »
« On fait ceinture ou pas ceinture ? »

Telle est la Question.
L'interrogation fondamentale qui tourmente le héros,
l'alternative irrésolue qui, encore et toujours, lui retourne les tripes :

« Le mystère est là, il vous tient bien. »

La réponse ne se fait pas attendre,
ne résolvant rien cependant, car n'apportant en fait aucune réponse véritable,
et toujours persistante dans son implacable incertitude :

« Quand on le sait, c'est la surprise ! »

Incertitude infinie… récurrente elle aussi :

« Comment le voir, comment l'savoir ? »

Incertitude aboutissant fatalement à l'illogisme inévitable de la conclusion,
avec cette réplique cruellement assénée par le répondant :

« Ce soir, c'est ceinture ! »

Au final (bien qu'en fait au milieu),
on est renvoyé à la téléologie des fins de la Destinée Commune de l'Humanité.
En effet, comme le dit l'auteur lui-même :

« C'est partout la même chansonnette,
Pour tout le monde, c'est le même refrain. »

En conclusion de cette interprétation alternative de cette œuvre d'Alain Doulmé ,
le résumé nous est apporté sur un plateau, par l'auteur lui-même :

« Le résultat ? Ben, y en a plus. »
« Désormais [la chanson d'] amour n'vaut plus tripette. »

~ Laura Biencherché ~ (9 Mai 2013, 15h05) ~

☺☺☺

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !