Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Jean-Paul Sermonte - La moto

Voir du même artiste


Titre : La moto


Année : 1984


Auteurs compositeurs : Jean-Paul Sermonte / Ange Pierre Ricoveri


Durée : 2 m 54 s


Label : Kalliste


Référence : KAJC 49


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

17 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Le jeune homme était là, étendu sur la route
Les bras en croix, tué, mort sur le coup sans doute
Sa moto n'était pas qu'un amas de ferraille
Etalant tout au long du fossé ses entrailles

Il m'avait doublé un instant auparavant
J'avais dû me rabattre pour le laisser passer
On est seul au monde quand on dompte le vent

A présent, sans crainte, il regarde le soleil
Les lamelles d'argent ne peuvent le blesser
Et mon appel ne peut atteindre son sommeil

Je lui ferme les yeux et lui ôte son casque
Ses cheveux noirs bouclés tombent sur ses épaules
Son front a frémi sous la brise qui le frôle
Il dort, oui, et la mort lui épargne son masque.

Je suis près de l'enfant, loin du temps et des villes
La paix me pénètre qui émane de lui
Bel enfant de cuir noir, qu'il est doux ton sourire
Parfois si arrogant, à présent si tranquille
Sur les ailes du vent apprend-on à mourir?
J'envie ton sourire, petit, face à la nuit.

Je vous envie aussi, jeunes du temps présent
J'aime vous voir chevaucher vos fiers alezans
Le monde est pétrifié et cloué dans sa torpeur
Comme une oie engraissée qui bouffe et qui a peur
J'aime sous vos heaumes vos regards d'échassiers
Et le boucan grisant de vos poneys d'aciers

Soyez fiers et libres et terribles aussi
Dans ce monde trop vieux, de vieux moutons aveugles
Vivez debout, jamais à genoux ou assis
Indifférents à ceux qui hurlent ou qui beuglent

Je vous le dit, enfants, vous n'êtes qu'à vous-mêmes
Et non à vos parents, non à la société
Ne leur ressemblez pas, vivez votre bohème
Buvez votre liberté jusqu'à sassiété

Libérez de votre corps des horizons cachés
Ecrivez un nouvel et sublime évangile
Délivrez la terre des interdits débiles
Effacez du plaisir, l'étiquette "pêché"

Scandalisez sans peur les rats de la paroisse
En libérant Eros de son cachot infâme
Tuez tous les tabous et vous tuerez l'angoisse
Libérez vos corps et vous sauverez vos âmes

Mais pour toi, bel enfant, la route est terminée
Le soleil disparaît, il se voile la face
Minuit sonne déjà en fin de matinée,
Tu es si beau, si jeune, et mon âme est si lasse
Que j'aimerais, petit, m'endormir à ta place
-------------------------

Merci à Jean-Paul Sermonte pour les corrrections

Transcripteur : joelafouine
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

22 commentaires (dont 2 archivés)
morphee Le 16/05/2004 à 23:11
Un chef d'œuvre méconnu presque inclassable!
penguin_meloman Le 17/05/2004 à 11:49
Merci Mophee, je la trouve tres belle comme chanson …
RikikiPoussPouss Le 17/05/2004 à 20:18
Je jurerai que c'est Michel Houellebecq…c'est la même voix, et le même style d'interprétation.
joelafouine Le 18/05/2004 à 10:24
Allez, un p'tit cadeau pour Fredsandra.
Elle est un peu tristoune cette chanson quand même…
[merci pour les paroles]
Aldébarante Le 22/05/2004 à 21:58
Je viens de demander ce morceau en requête et j'ai plombé l'ambiance. Quoiqu'il en soit je m'incline devant la beauté du texte très émouvant.
Gardez la pêche les bidonautes et surtout restez maîtres de votre véhicule sur la route. Biz.
luisenrique Le 12/07/2004 à 00:57
C'est le retour de Jean Meran !! Vive les libertaires et longue vie à l'anarchie !
dcompiler Le 24/07/2004 à 15:59
J'ai trouvé! C'est lui a écrit pour les Tranxen 200! Mais si… "L'hémorrage de tes désirs s'est éclipsée sous l'azur bleu dérisoire…". C'est le même genre de paroles non?
mds75 Le 17/09/2004 à 11:48
N'est pas Gérard de Nerval qui veut…
span Le 17/09/2004 à 11:49
Le nouveau prophète… Quel Charisme!!
superbammm Le 17/09/2004 à 23:28
ben là pour une fois j ai arreté de rire et j ai vraiment trouvé cette chanson chouette merci…………………
arwen42 Le 09/11/2004 à 13:45
Il n'y a pas à dire, les alexandrins, ça a une certaine classe.
deesnay Le 09/11/2004 à 14:00
Ah ouais ! Trop beau ! Et pis ça sent le vécu. Donc, un jeune qui rate son virage à moto, c'est le symbole de la liberté, de la rébellion contre la société. Tu vois, la route, ça représente la société, qui veut que tu suives un chemin tout tracé. Mais lui, le motard, non, il est cool, y fait ce qu'y veut, y quitte la route si y veut, le jeune. Allez, jeunes motards du monde entier, unissons-nous ! Jetons-nous tous dans le fossé ! Ca la fera bien chier, la société !
Ah oui, justement, "sassiété", j'aurais plutôt écrit "satiété"… mais tu as raison, l'orthographe n'est qu'un carcan de plus inventé par la société ! ;) Féson dé fôte, sa leurs feurat bien chié a la sossiété !
legnou Le 18/03/2005 à 12:48
Ca plombe pas un peu l'ambiance un morceau pareil, enfin en boum je suis sur que ca doit vider la piste :)
alcmeon Le 25/03/2006 à 18:27
Y'a un peu de Lavillier dedans non ?
mds75 Le 25/03/2006 à 18:28
J'ai l'impression qu'il y a comme une réminescence du "Dormeur du val", là… Vous ne trouvez pas ?
A toute fin utile, voici le texte d'Arthur Rimbaud :

C'est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent; où le soleil de la montagne fière,
Luit; C'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pale dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme:
Nature, berce-le chaudement: il a froid.

Les parfums ne font plus frissonner sa narine;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au coté droit.

Enfin moi j'dis ça j'dis rien (ça c'est du mds, pas du Rimbaud)…
anianka Le 30/07/2006 à 09:41
Moi aussi, j'ai pensé au poème de Rimbaud. Le texte est réaliste et très bien écrit ; même s'il est triste, je l'aime bien.
Thorn Le 07/08/2006 à 16:40
Pareil, j'ai tout de suite pensé à ce poême…
Flaming Youth Le 03/04/2008 à 20:36
Justement, il ne faut en aucun cas ôter le casque à un motard accidenté.
Ciaopeople Le 02/12/2010 à 09:08
Bien fait ! Il avait qu'à pas rouler comme un con …
kaptain_kirk Le 12/10/2016 à 07:06
C'est plus du slam (avant l'heure) qu'une chanson. Mais sponsorisé par la Prévention Routière, peut-être ?

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !