Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Jean Bériac - Il répare des vélos à San Francisco

Voir du même artiste


Titre : Il répare des vélos à San Francisco


Année : 1979


Auteurs compositeurs : Jean Bériac


Durée : 3 m 7 s


Label : Disques Meys


Référence : 128.233


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

24 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Comme il n'était pas sûr en faisant Polytechnique
De faire baisser l'indice des prix,
Le jour de l'examen il changea de tactique
Et il est resté dans son lit.

Il était devenu sensible à la critique
Sans rien nous dire, il est parti.
Quand je l'ai trouvé là-bas en Amérique,
J'ai cru qu'il avait réussi.

Il ne voit dans ses yeux, plus passer le métro.
Il répare des vélos à San Francisco.

Là-bas quand passe la dernière Cadillac,
On dit : « Tiens, voila le plombier. »
Lui au bout de deux heures, le travail le claque.
Alors, il ferme l'atelier.

Il va prendre la main d'une californienne,
Près de sa piscine corail.
Ils vont voir passer les baleines
Et méditer sur le travail.

Il ne voit dans ses yeux, plus passer le métro.
Il répare des vélos à San Francisco.

Lui qu'on avait connu brillant comme un lézard
Et empoté de ses deux mains,
Je l'ai vu cultiver quelques plantes bizarres
Qui le font voyager très loin.

On part dans son auto, on roule à ciel ouvert
Sans s'arrêter pendant des heures.
Et on arrive enfin au milieu du désert
Où les cactus sont en fleurs.

Il rencontre de nouveau, les étoiles là haut.
Il répare des vélos à San Francisco.

Transcripteur : TrashKahn
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

15 commentaires (dont 1 archivé)
Agnes Le 25/02/2003 à 09:04
trop puissant… la grande époque, ça. Cela dit, des vélos à SF, il n'y en a pas des masses, ce que l'on peut comprendre quand on voit les rues pentues
austinpower Le 07/07/2003 à 23:49
"Je l'ai vu cultiver quelques plantes bizarres Qui le font voyager très loin" C'est l'apologie du dopage !
vinylman Le 03/08/2003 à 14:24
Est-ce qu'il chante à l'insu de son plein gré ?
Ramsey Le 03/08/2003 à 14:28
Detrompe-toi Agnes ! C'est dans la bay qu'a ete invente le concept du VTT (effectivement, avec le relief).
Ah ! Prendre le golden gate bridge en velo pour une ballade dans le Marin County, nostalgie.
tyrex Le 26/10/2003 à 11:08
Une référence au 'Bicycle repair man' des Monty Python's ?
Pilot Le 25/01/2004 à 18:21
Ya pas une drogue aussi avec des cactus justement ? Ca sent bon la défonce cette chanson.
Agnes Le 26/04/2004 à 17:12
euh, le golden gate bridge en vélo, c'est sympa, mais quand il n'y a ni brouillard, ni vent fort, ni trafic chargé (aussi bien voiture que piéton). Bref, ce n'est presque jamais le cas. Mais bon, ne boudons pas notre plaisir la vue est magnifique, et Marin county joli aussi… Comme je me la pète, dans le genre "eh oh, z'avez vu comme je connais bien le coin?". Limite pathético-ridicule
oxyjarre Le 13/05/2004 à 12:03
Le refrain, c'est pas "Blowin in the wind" ?
Bellybutton Le 11/12/2004 à 15:47
Avec le cactus on fait le mezcal (sorte de tequila mais + forte et limite hallucinogène). Normalement la bouteille c'est un "mezcal con gusano", c'est à dire qu'il y a un ver de terre dedans. (Ca me rappelle "Les bronzés font du ski" dans le genre, mais c'est authentique).
On peut extraire le principe actif pour en faire un drogue, la mescaline.
---Ce n'est que de l'info--- Je condamne personnellement tout à fait formellement l'usage de toute drogue, y compris les soi-disant "douces" (hasch & co) qui sont extrêmement dangereuses pour la santé (=> générateur de troubles mentaux tels que la schizophrénie)
Vizlampleur Le 12/12/2004 à 11:43
Le mezcal est fabriqué à partir du fruit d'une agave, le maguey (famille des agavacées, liliacées monocothylédones), différentes des cactus (famille des dicothylédones). A l'origine, le mezcal est un alcool rudimentaire, différent de la tequila en cela que la tequila est tirée d'une variété particulière de maguey. De plus, l'appellation tequila peut être coupée à 49% avec de l'alcool de canne à sucre, alorsque le mezcal devait rester à l'origine à 100% de l'acool d'agave. Le Mezcal est devenu un alcool à la mode dans les années 1980, année de son importation en France, par référence au roman de Malcolm Lowry "Au-dessous du volcan" (sur lequel d'ailleurs je me suis endormi). Le ver dans la bouteille n'est apparu que vers 1990, et n'a rien de traditionnel.
Bon, je vais aller boire un coup, moi… ;-)
Bellybutton Le 13/12/2004 à 09:48
Alors là chapeau Vizlampleur… Je ne savais pas tout ça !!! Ca veut donc dire que pour les plus délicats on pourrait trouver du mezcal SANS ver de terre ???
Mogera Le 10/11/2005 à 12:49
Avec certains cactus on fait aussi du peyolt qui est un hallucinogène.
jvdu43 Le 03/09/2012 à 17:13
Le refrain fait penser à "eh bien on ami, écoute dans le vent, écoute la réponse dans le vent". C'est qui qui a plagier l'autre ?
Trocol Harum Le 29/09/2015 à 12:09
A San Francisco, il a du rencontrer Jesus Christ, grand amateur et grand buveur de mezcal.

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !