Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Pierre Richard - Bogart et moi

Voir du même artiste


Titre : Bogart et moi


Année : 1985


Auteurs compositeurs :


Durée : 3 m 59 s


Label : Philips


Référence : 884 296-7


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

40 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

J'étais avec Bogart, un soir,
Dans un bar de Brooklyn.
On était venu là pour boire
Des mixtures assassines.
Trois noirs s'avancèrent vers Boggie,
La démarche interlope,
Avec de faux airs de junkies,
Pour lui vendre leur camelote.

Humphrey ne bougea pas d'un cil
Il savait que j'étais là.
Dans les coups durs, c'est pas qu'il se défile,
Il préfère que ça soit moi.
Aussitôt, je pars en action :
Une gauche, une droite, coup de tête
Je suis pas du genre conversation
Boggie, moi j'aime pas qu'on l'embète !

On finit peinard notre whisky,
Les trois noirs à nos pieds.
Boggie me dit : « Merci petit. »
Il est comme ça, Humphrey,
C'est tout !

Ha ! Ce qu'on a pu rire,
Lauren, Humphrey et moi
Lauren elle disait parfois :
« Tu me feras mourir, toi
Et ton Richard. »
Sans charre !

Un jour, j'étais avec Redford
Sur une plage de Malibu
Les muscles tendus,
Comme des cordes,
On nageait tous les deux nus.
On ne vit pas la déferlante,
Qui sur nous se jetta.
Dix tonnes de rage écumante:
Fallait négocier ça !

Robert nageait vraiment très bien,
Mais c'était trop pour lui :
Il disparut corps et bien,
Sans même pousser un cri.
Je plongeai dans les tourbillons
Et je restai au fond.
Moi, j'aime pas qu'on touche à Robert,
Qui que se soit ! Même la mer !

Je le vis passer comme un sac,
Et m'agrippai à lui
Je l'emmenai hors du ressac :
Robert était en vie.
C'est tout !

Ha ! Ce qu'on a pu rire,
Robert, Newman et moi.
Popaul disait parfois :
« Tu me feras mourir, toi
Et ton Richard. »
Sans charre !

Si je vous raconte tout ça,
C'est pas pour me donner de l'importance.
Ha…. Souvenirs, souvenirs…
Tiens, Marilyn Monroe.
Marilyn et moi…
Ha ! Et Ginger Rogers !
Ce qu'elle a pu m'en faire voir, celle-là.

Mais, discrétion, discrétion.
Je suis un gentleman.

Transcripteur : TrashKahn
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

9 commentaires
cibi Le 10/02/2003 à 17:08
J'ai jamais compris pourquoi tous ces comédiens qui sortent un disque, ils ne chantent pas, mais parlent… Je me doute bien qu'ils ne savent pas chanter, mais ils ne savent pas mieux interpréter correctement le texte. Richard n'est pas l'exception qui confirme la règle.
misteur.ti Le 03/03/2003 à 23:15
Y'en a quelques uns qui ont su méler chanson et cinéma. Bruel était d'abord comédien, il y a eu aussi et surtout Montand. Et puis Michel Blanc chante bien…
laurelinesdad Le 14/03/2003 à 09:02
Le changement de rythme sur le "refrain" est épatant, la marque d'un tout tout grand !!
Euh sur la pochette, il a déjà vômi ses mixtures assassines ou il s'apprete à le faire ?
kukrapok Le 29/10/2003 à 22:05
Le grand blond avec une oreille pourrie
Esta Le 01/04/2004 à 09:09
Moi j'adore ce morceaux, le coté décalé est génial ! Carrement ! Ca va bien avec le personnage. Quand je faisais de la radio, je passais ce morceaux très souvent avec celle de Michel Blanc… Je sais plus le nom… et Puis celle de Daniel Auteuil, trop bon !
Davyd Le 09/04/2004 à 02:51
Encore une obligation de contrat. Si t'acceptes de tourner, t'acceptes de faire le disque… Et encore, il s'en sort bien !
monrealexpress Le 27/04/2004 à 13:31
Je soutiens Pierre Richard dans cette dure lutte qu'est celle du respect des obligations de contrat. Effectivement, le côté décalé lui permet de s'en tirer plutôt pas mal ! Redford+Richard, moi je prends Richard.
baxter Le 02/11/2009 à 17:20
C'est carrément je ne sais rien mais je dirai tout, en tous cas on aura tout vu en un dialogue de sourds.
Le distrait ou le jouet ? J'hésite.
Chezod Le 22/12/2013 à 16:11
J'avais complètement oublié qu'il avait essayé ce dérivatif lucratif. Bon, ça n'a pas fait recette visiblement.
Tu m'étonnes, Elton !

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !