Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Charles Trenet - Le cor

Voir du même artiste


Titre : Le cor


Interprète : Charles Trénet


Année : 1992


Auteurs compositeurs : Charles Trenet


Durée : 3 m 12 s


Label : WEA ‎


Référence : 4509-91352-7



Présentation : Extrait de l'album Mon cœur s'envole sorti en 1992.

Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

2 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

J'aime le son du cor le soir au fond des bois
Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois
Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible accueille
Et que le vent du nord porte de feuille en feuille

Oui oui oui oui
J'aime j'aime cet air-là
Ce poème qui fait ma joie
J'aime le son du cor le soir au fond des bois

Que de fois seul dans l'ombre à minuit, demeuré
J'ai souri de l'entendre et plus souvent pleuré
Car je croyais ouïr de ces bruits prophétiques
Qui précédaient la mort des paladins antiques

Oui oui oui oui
J'aime j'aime cet air-là
Ce poème qui fait ma joie
J'aime le son du cor le soir au fond des bois

Monts gelés et fleuris, trône des deux saisons
Dont le front est de glace et le pied de gazon
C'est là qu'il faut s'asseoir, c'est là qu'il faut entendre
Les airs lointains d'un cor mélancolique et tendre

Oui oui oui oui
J'aime j'aime cet air-là
Ce poème qui fait ma joie
J'aime le son du cor le soir au fond des bois

Ganelon vieux melon en barbe de raisins
Tu n'es qu'un noir félon ami des Sarrasins
Qui tous de fer bardés au pays de Navarre
Sont de soldats soldés par le roi des avares

Si si si si
J'aime j'aime cet air-là
Ce poème qui fait ma joie
J'aime le son du cor le soir au fond des bois

Mais l'Empereur de France a dit "Je veux, je veux
Porter mon assistance à mon gentil neveu.
Je sais que Durandal épargne des coliques
Sa garde d'or-métal recèle des reliques !"

J'aime j'aime cet air-là
Ce poème qui fait ma joie
J'aime le son du cor le soir au fond des bois

"Introuvable neveu, ronchonne l'Empereur
Je sens dans mes cheveux des brises de terreur
Faut-il qu'il soit écrit qu'en fin je t'abandonne
Roland tout est fini, moi je rentre à Narbonne !"

J'aime j'aime cet air-là
Ce poème qui fait ma joie
J'aime le son du cor le soir au fond des bois

Alors, seul dans la nuit perdu dans son décor
Roland fait malgré lui d'la contrainte par corps
Et puis un cri d'effroi déchire la montagne
"Adieu mon palefroi, Durandal, Charlemagne !"

J'aime j'aime cet air-là
Ce poème qui fait ma joie
J'aime le son du cor le soir au fond des bois

J'aime le son du cor
J'aime le corps du son
J'aime le sort du con le soir au fond de moi…

J'aime le son du cor
J'aime le corps du son
J'aime le sort du con le soir au fond de moi…
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

3 commentaires
cathare13 Le 13/11/2017 à 14:09
coquine la fin ;-((((
Fauvelus Le 18/11/2017 à 16:40
Le début de la chanson reprend les strophes 1, 2 et 4 du poème "Le Cor" d'Alfred de Vigny… le reste, c'est du pur Trénet.
1nonos1 Le 06/02/2018 à 21:42
C'est bizarre comment il dit "le soir au fond du bois"

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !