Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Evénement à venir :

  Soirée Bide & Musique le 12 Octobre 2019


  Lieu : Péniche Marcounet, Paris, le 12 octobre 2019. Plus d'infos

Fiche disque de ...



Éric Blanc - La boite de jase

Voir du même artiste


Titre : La boite de jase


Année : 1987


Auteurs compositeurs : D. Baudon - J. Riccobono - P. Beffer - E. Blanc


Pochette : Daniel Lejeune


Durée : 5 m 23 s


Label : Two


Référence : 11653


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

7 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Comme un jaguar, j'avance dans le noir. A quinze mètres de moi, une hyper nana, un look d'enfer, un corps de rêve. Sur la piste, Noah. Euh c'est pas vrai. Il l'emballe.

[Chœur] « Ils se sont donnés rendez-vous dans ce night-club un peu fou »

« Putain, c'est vrai que t'es super canon. Sans déconner, t'as de super yeux, t'as des pieds, t'as des mains. Et ça je trouve que c'est important pour une gonzesse. Non tu rigoles mais je veux dire bon… Allez viens chez moi, j'ai pas l'habitude de tirer dans le filet. Si t'aimes pas le tennis, je sais jouer au golf, je veux dire bon, y a pas de problème. Puis j'en ai marre de gamberger J'ai mal, j'ai mal partout »

A la vue de ses seins, Valéry Giscard déteint :
« Lorsque je vois votre poitrine, n'est-ce pas, lorsque je vois votre bouche, j'ai tout de suite envie de vous montrer ma qu… carte de visite. Voyez-vous ce qui passe en ce moment ? Si on cohabitait ? Non, vous préférez Noah, alors au revoir ! Avantage Noah ! »

« Ils se sont donnés rendez-vous dans ce night-club un peu fou »

Je vois Bouvard qui craque ; et pour l'avoir, Jacques [Chirac] qui raque :
« Écoutez, je suis persuadé, et je dirais, convaincu, j'en ai l'intime conviction que dans quinze secondes j'irai vous tomber littéralement, je dis bien littéralement, dans mes bras. Oui, vous avez enfin vu sa gueule à côté à l'autre pif ? Néanmoins je me permets de vous dire, mademoiselle, j'admire les filles comme vous, intelligentes, profondes. Oui mais enfin vous parlez avec trop de vulgarité. Oui mais avec un certain doigté »

Frédéric Mitterrand la remarque. Elle s'assied, il l'attaque :
« Bonsoir ! Ne vous laissez pas impressionner par le titre du film de ce soir ! Hébété par votre regard chou, hiboux et chouettes me rappellent communément la culture dyslexique de la culture cinématographique par rapport à la mise en scène de François Truffaut. Votre corps jeune et beau projeté de façon théorique devient par enchantement la mort du Général de Gaulle. Car c'est peut-être ceci, c'est peut-être cela l'intérêt de la femme enfant, de la femme adulte. D'autres diront que Frédéric Mitterrand est homosexuel. Qu'à cela tienne, j'en ai vu d'autres. Allez, venez chez moi. J'habite chez Jacquet. Nous verrons des films en 13 millimètres dans des salles biens obscures. »

« Ils se sont donnés rendez-vous dans ce night-club un peu fou »

Et pour la première fois, elle se tourne vers Henry [Chapier] mais lui préfère Mourousi :
« Yves, le film que j'ai vu aujourd'hui est un film extraordinaire de beauté, de joie, d'humour, enfin c'est un film qu'on ne peut pas ne pas regarder.
- Oui alors, cela dit, justement pour rester dans l'actualité, quelle est l'histoire de ce film ?
- Et bien ce film raconte, si tu veux, l'histoire de l'impuissance d'un phoque dans sa relation sexuelle avec un autre phoque alors qu'ils sont tous les deux comme des phoques. Et si tu veux à toute cette histoire s'ajoutent des complications sentimentales parce qu'il y en a un qui se rend compte qu'il n'aime plus l'autre, l'autre qui se rend compte qu'il n'aime plus l'un. On s'attend à ce qu'il y ait une blessure, une cassure, une déchirure. »

« Ils se sont donnés rendez-vous dans ce night-club un peu fou »

Et bien merci, merci à ce plateau exceptionnel. Il y avait aussi Patrick Sabatier :
« Mesdames, messieurs, bonsoir avec l'invité du jour »
Et bien merci Patrick. Il y avait Alain Decaux :
« Ben oui que j'étais là, ben oui dans la nuit de, ben oui que j'étais là, ben oui badabada »
Et le dynamique Patrick Brillant
« C'était une comédie que nous avons vu ce soir, un film relou et chelou que je vous dis bien bonsoir »
Et la participation fantastique du trio Fernandel-Raimu-Bourvil
« [Fernandel] Parfaitement vous êtes condamné. Vous avez mis de la peinture de l'œil jusqu'au…
[Bourvil] - Jusqu'au quoi ?
[Raimu]- Bon vous allez m'escagasser comme ça jusqu'à demain »

Et bien merci, merci, merci, trois fois merci, bonsoir bonsoir bonsoir trois fois bonsoir, six fois bonsoir. Et à la semaine prochaine dans ce night-club bien sympathique

« Ils se sont donnés rendez-vous dans ce night-club un peu fou »

Transcripteur : Dam-Dam
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

8 commentaires
Basharov Le 25/12/2011 à 22:31
Un gloubiboulga interminable avec des imitations plus ou moins maîtrisées. Ils se sont mis à 4 pour nous proposer ce titre. Bravo à eux.
Michael Branque Le 26/12/2011 à 11:46
Trop fort, ce truc !
Yohmgaï Le 26/12/2011 à 11:48
Je trouve que l'imitation de Frédéric Mitterrand est parfaite ^^
Corti Le 29/12/2011 à 12:15
Sa premiere imitation (sans doute yannick Noha car il parle de tennis) ressemble à yves lecoq qui imite canteloup qui imite Guy Carlier
BideBox Le 29/12/2011 à 12:17
Parmi les imitations : Henry Chapier (le "Henry" qui parle à "Yves"). Or, selon la légende personnelle d'Eric Blanc*, c'est précisément le fait d'imiter Chapier (cette même année 1987) qui a ruiné sa carrière : "l'imité" lui aurait collé un méchant procès, et la télé aurait précautionneusement boycotté l'imitateur.

Ce titre mal sonorisé prend une autre dimension, non ?

La descente a commencé, selon ses biographes, ici, sur un simple "moi, ce 7 d'or, je saurais où me le mettre" : http://www.ina.fr/ardisson/bains-de-minuit/video/I… La suite appartient à la petite histoire des seconds rôles du cinéma bis.

La blague du "film en 13 mm", mise plus tôt dans la chanson dans la bouche (si j'ose dire) de Frédéric Mitterrand était un classique de la blague mise dans la bouche de Chapier dans les sketches d'Eric Blanc. Mais comme FM dit "j'habite chez Chapier", ça revient finalement au même.

Quelqu'un en sait plus sur le procès "Chapier contre Blanc" ?

(* gael27 l'évoquait d'ailleurs en 2003 en commentaire de Swing Biscotte http://www.bide-et-musique.com/song/3913.html )
BideBox Le 29/12/2011 à 12:22
A noter d'ailleurs, dans un chapitre plus bidesque et musical, que Swing Biscotte http://www.bide-et-musique.com/song/3913.html dans la Base, reprend (2 ans + tard) partiellement le même "scénario", ainsi que la réplique centrale "Ils se sont retrouvés dans ce night-club un peu fou".
Dam-Dam Le 29/12/2011 à 12:32
A quand sa lecture de blagues d'enfants pour, je crois, Pif Gadget où l'on atteint le summum de "Arrête de ramer, tu attaques la falaise !" ?
Les paroles : [Merci !]
Kevin Brandon Song Le 25/02/2018 à 16:42
En matière d'exceptionnalité , c'est vraiment exceptionnel !!!

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !