Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Evénement à venir :

  Soirée Bide & Musique le 12 Octobre 2019


  Lieu : Péniche Marcounet, Paris, le 12 octobre 2019. Plus d'infos

Fiche disque de ...



Dalida - Concerto pour une voix (Chaque nuit)

Voir du même artiste


Titre : Concerto pour une voix (Chaque nuit)


Année : 1970


Auteurs compositeurs : Eddy Marnay / Saint-Preux


Pochette : Alain Marouani


Durée : 2 m 59 s


Label : Barclay


Référence : 71 433



Présentation : Adaptation du concerto pour une voix de SAINT-PREUX

Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

8 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Chaque nuit
Quand l'oiseau de paradis fait sa ronde
J'ouvre la porte à mon amour
Et tous les deux nous voyageons loin du monde
En attendant le retour
Des premiers rayons du soleil et de l'ombre
Dans la chambre nue
Où tous nos gestes sont un monde inconnu

Chaque nuit
Nous échangeons des colliers de promesses
Nous échangeons des anneaux d'or
Des rivières et des diamants de jeunesse
Et puis nous quittons le port
Comme des rois sur des bateaux de tendresse
Pour mille pays
Que tu fais naître de mes mains chaque nuit

Et nos yeux
Ne trouvent pas le sommeil
Comment s'endormir quand l'arbre est en feu
Devant le soleil
Dieu, que je t'aime chaque nuit
Que tu m'aimes chaque nuit
Que la route est belle chaque nuit

Chaque nuit
Quand l'oiseau du paradis fait sa ronde
J'ouvre la porte à mon amour
Et tous les deux nous voyageons loin du monde
En attendant le retour
Des premiers rayons du soleil et de l'ombre
Dans la chambre nue
Où tous nos gestes sont un monde inconnu

Mon amour
Je ne veux plus jamais voir le jour.
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

10 commentaires (dont 2 archivés)
teddy33 Le 30/08/2009 à 07:50
Chef d'œuvre.
matt tracker Le 07/05/2010 à 08:31
a froid, je dirais concerto d'aranjuez … mais je peux me tromper
hre mgþýe Le 06/06/2010 à 10:14
    Tu te trompes, bien sûr, mais pas de beaucoup, les deux étant considérés avec le même mépris par les amateurs de "vrai" classique (auto-proclamés, il va de soi) comme étant des œuvres faciles, sans vraie richesse, bref de la musique pour ascenseur. Saint-Preux n'a pas exactement connu le même succès que Joaquim Rodrigo, sans doute parce qu'il a eu le tort d'enregistrer sous son nom ses œuvres, et non les faire jouer par d'autre comme son ibérique prédécesseur.
soha Le 14/03/2011 à 05:10
Un régale et une découverte à rérécouter d'urgence.
rahotep Le 10/04/2011 à 14:05
Non non ! C'est bien le "Concerto" de Saint-Preux !
La belle musique de Désiré !
Et la belle voix de la belle Dali !
On t'aime toujours Dali, et pour toujours !!!!!
rahotep Le 15/04/2011 à 19:15
le texte dit "…comme des ROIS sur des bateaux de tendresse… " et pas des "mâts"…. si je puis me permettre  ;-) [corrigé, merci]
Trocol Harum Le 10/07/2014 à 10:45
A l'origine la "voix" de Saint-Preux est Danielle Licari.
pompompidou Le 12/05/2017 à 22:12
@rahotep: vous aussi, vous déplorez quelque peu que, lorsqu'on signale des erreurs de retranscription des paroles de chansons, vos avis ne comptent pas? [corrigé, merci::: nous ne sommes qu'une pauvre bande de bénévoles, veuillez nous excuser pour ce manque momentanée de professionnalisme] fondons une association de frondeurs, ha mais! trève de plaisanterie, vous avez raison. Je ne connaissais pas cette chanson j'écoute très rarement Dalida. Chanson trop compliquée à mon avis, d'où le fait qu'elle n'eut pas le succès escompté. Et pourtant l'atmosphère y est (grâce à l'adéquation musique et mots évoquant un amour indescriptible). Trop intello oserais je dire?! en tout cas, comme dit précédemment, la musique me fait aussi penser au concerto d'Aranjuez (immortalisé par Nana Mouskouri qui mit elle aussi des paroles sur une musique réputée facile). Bref cela se laisse écouter si l'on accepte de s'immiscer dans la chanson et de "voir" ce qu'on nous décrit (la chambre nue et les étreintes folles, la déraison née des pulsions du corps). En 1970 l'époque était nettement plus insouciante on beuglait et on dansait sur des Rois Mages endiablés, entre autres, si je ne m'abuse. O Tempora! O Mores!

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !