Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Marcel Amont - Figaro ci, Figaro la

Voir du même artiste

Voir plus d'images


Titre : Figaro ci, Figaro la


Année : 1975


Auteurs compositeurs : Roland Vincent


Pochette : Francis Goldstein / G. Paquet - B. Leys


Durée : 2 m 52 s


Label : Le Verger / Tréma / CBS


Référence : 180 275-7



Présentation : Extrait de la comédie musicale "Pourquoi tu chanterais pas ?" (1975)

Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

6 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Depuis que je fais dans le disque
J'arpente et hante des couloirs
Sur les radios (périphériques)
Sur les boulevards (périphériques)
Sur les radios périphériques
Ou pas périphériques
À tous les coins stratégiques
On ne voit plus que moi
Que moi du matin jusque au soir
(que lui du matin)
(que lui du matin)
(que lui du matin jusque au soir)
(que lui du matin jusque au soir)

On dirait Figaro, le barbier de Séville
Et je parle et je tourne et je cours
Cabot dans un jeu de quille
J'aimerais bien faire demi-tour
(Il aimerait bien faire demi)
(Il aimerait bien faire demi)
(Il aimerait bien faire demi tour)
(Il aimerait bien faire demi tour)

Chez moi viennent des gens qui ouvrent
Entrent comme dans un molin
On téléphone (on téléphone)
On m'interviewe (on m'interviewe)
Sur les ondes je cause je cause
Je déverse ma prose
Pour pas dire grand chose
Je dis n'importe quoi
C'est vrai que je parle pour rien
(C'est vrai qu'il parle pour)
(C'est vrai qu'il parle pour)
(C'est vrai qu'il parle parle)
(C'est vrai qu'il parle pour rien)

Tout Paris sait mon téléphone
Et moi je fais mon numéro
Je cavale je m'époumone
Je suis plus pris que Figaro
Figaro si, Figaro la
(Figaro si, Figaro la) (x14)
À moi mon gentil Rossini
À moi ma chère littérature
Et les maisons de la culture
Tout ça, N-I Ni c'est fini

Allons C'est Moralès me voici
Allons C'est Moralès me voilà

Il faut te mettre un fond de teint plus chaud, tu as l'air tout palichon à côté des choristes et puis met bien la voix parce qu'il y aura Bruno, Bruno qui Bruno quoi mais Bruno Coquatrix. Faudra qu'tu fasse aussi à la radio on ira tous les deux c'est très bon pour ta vente. Ca fait partie des trucs ça peut paraître idiot faut savoir faire un sourire quand on chante. N'oublie pas l'contre jour quand y'aura la télé. N'oublie pas qu'on comprend si tu m'admires de face. N'oublie pas qu'à la place tu reviens cinq minutes N'oublie pas les photos avec les dédicaces.

Purée ! tu penses à rien, heureusement qu'tu m'as, t'es comme Abd-El-Kader qu'a perdu sa Smala
Qu'a perdu sa Smala
(Sa Smala)
(Qu'a perdu sa Smala)
(Sa Smala)
(Sa Smala)
(Qu'a perdu sa Smala)
(La la la la la la la la)

Depuis que je fais dans le disque
J'arpente et hante des couloirs
Sur les radios (périphériques)
Sur les boulevards (périphériques)
Sur les radios périphériques
Ou pas périphériques
À tous les coins stratégiques
On ne voit plus que moi
Que moi du matin jusqu'au soir
(que lui du matin)
(que lui du matin)
(que lui du matin jusqu'au soir)
(que lui du matin jusqu'au soir)
(jusque au soir)
(jusque au soir)
(jusque au soir)
(jusque au soir)

Transcripteur : hre mgbye
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

2 commentaires (dont 1 archivé)
Yohmgaï Le 09/08/2016 à 05:06
Pendant tout le morceau j'ai cru que c'était Dave…
Petite coquille dans les paroles (molin au lieu de moulin) :)

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !