Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Jean Bernard de Libreville - Juxtaposition 210

Voir du même artiste


Titre : Juxtaposition 210


Année : 1966


Auteurs compositeurs : Jean Bernard de Libreville


Durée : 3 m 15 s


Label : Vogue


Référence : EPL 8492



Présentation : Le texte qui figure (à l'envers) au dos de la pochette : « De 1900 à 1966 il y a eu 66 années d'écart.
De 1966 à l'an 2000, il n'y a que 34 ans d'écart.
Alors ? Etant donné que nous sommes plus près de l'an 2000, il était évident qu'un chanteur propose ce disque hyperno-musical et que ce chanteur soit un jeune poète moderne et qu'il se nomme Jean Bernard de Libreville. Les transformations et les angoisses psychopathiques de la civilisation moderne s'expriment à travers sa musique insolite et hypernerveuse ainsi que dans la complexité surréaliste et profonde de ses textes.
Certains prétendent qu'il st un génie "il n'a que 17 ans". D'autres avancent qu'il est fou "il n'a que 17 ans". Mais sans préjugersur les succès et les qualités de ce jeune poète, je suis prêt en tout cas à parier qu'il vous étonnera et c'est déjà une réussite hyperno-musicale. Germinal Tenaz »

Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

11 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Je lui avait donné un rendez-vous
Et je n'avais pas beaucoup de sous
Elle refusa de venir avec moi
Je l'ai giflée, il n'y avait pas de quoi
J'ai été lui pardonner pour l'avoir marquer
En lui disant que je ne faisais que blaguer

Et rapataplan, et rapataplan
Elle arrive attention attention attention attention
Qui ?
La justaposition 210


Alors j'me suis sauvé pour voir Jacky
J'ai oublié d'vous dire, c'est mon ami
J'vais lui raconter mon histoire de fou
Lorsque arrivent des loulous
Qui nous donnent des coups
Ils sont tous massacrés, ça ils l'ont cherché
Pour les enterrer, il fallait prier

refrain

J'vais voir mon père pour me confesser
Il m'a payé un marron glacé
Avec une belle fille ils faisaient de l'amour
Pour pas les ennuyer, je les ai taquinés
Comme sur la bible est basé son humour
Pour se venger, il allait me damner

refrain

C'était marqué "ne marchez pas sur les p'louses"
Et Conan Doyle mystifiait la fiction blues
C'était Samuel Beckett, il se ramène
Oh sur la lune il n'y a pas d'oxygène
En attendant Ulysse, toi laisse-moi pleurer
Parce que j'me suis r'trouvé sur l'oreiller

refrain

Justaposition 210
10…
10 cothèque
10 torsion
10 que j'pense
10 cussion
10 cours

(ça va vous avez joué au tiercé hier)
(oui j'ai fait le six dans la un c'est un bon tuyeau)
(mais pas le six le dix le dix)
(ah ah je vous aime je vous aime)
(votre compte en banque)
(mais qu'est-ce que vous voulez mon jeune ami maintenant les minijupes ça me choque, ça me choque. Ces filles qu'on voit en train de montrer leurs cuisses)
(alors qu'est-ce que c'est qu'est-ce que c'est faut pas continuer comme ça)
(de mon temps les femmes de cinquante ans ne montraient pas leurs genoux)
10 cours…

Transcripteur : hre mgbye
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

9 commentaires (dont 2 archivés)
Le Sapin Sobre Le 25/11/2007 à 22:04
Y'a du Stooges là-dedans. Night Clubbing, je dirais. A moins que Iggy était déjà seul sur ce titre ? Peu importe, le titre m'est venu à l'esprit de suite, c'est ça l'essentiel.
En plus, avec la tête de Dylan (de loin).
45tours Le 08/04/2008 à 03:35
Un véritable artisssssssssssse… plugger su'l deux cent dissssse volts. J'ai hâte qu'un bidosripte trace ces paroles hérétiques. La perception de la religion semble retenir le "thread" sous cette chanson, à l'instar de nos amis européen.
lolo737 Le 04/02/2009 à 16:53
en 1966 iphilippe katerine n existait pas encore…
Claude Bukowski Le 26/08/2010 à 20:58
Les couplets me font vraiment penser à ce titre (malgré les deux décennies de décalage) ; jusqu'aux intonations, c'est sidérant !
Trocol Harum Le 14/12/2011 à 09:32
Au verso du disque, les informations sont écrites à l'envers. Il faut un miroir pour les lire. Pas de chance j'ai cassé le dernier, sinon j'aurai volontiers recopié le texte. Bon, je vais acheter un noveau miroir et je le ferai bientôt.
Trocol Harum Le 14/12/2011 à 11:02
A défaut de miroir, j'ai trouvé un morceau d'étain que j'ai poli pendant des heures pour vous offrir le texte inscrit au recto de la pochette : [Merci !]

"De 1900 à 1966 il y a eu 66 années d'écart.
De 1966 à l'an 2000, il n'y a que 34 ans d'écart.
Alors ? Etant donné que nous sommes plus près de l'an 2000, il était évident qu'un chanteur propose ce disque hyperno-musical et que ce chanteur soit un jeune poète moderne et qu'il se nomme Jean Bernard de Libreville. Les transformations et les angoisses psychopathiques de la civilisation moderne s'expriment à travers sa musique insolite et hypernerveuse ainsi que dans la complexité surréaliste et profonde de ses textes.
Certains prétendent qu'il st un génie "il n'a que 17 ans". D'autres avancent qu'il est fou "il n'a que 17 ans". Mais sans préjugersur les succès et les qualités de ce jeune poète, je suis prêt en tout cas à parier qu'il vous étonnera et c'est déjà une réussite hyperno-musicale. Germinal Tenaz"

Et en plus, en envoyant 20 vignettes de 45T ou 10 de 33T à Vogue, vous receviez un bourgeois de Calais ou un porte-clefs.
Trocol Harum Le 04/12/2015 à 00:58
"La juxtaposition 210" de Jean-Bernard de Libreville a été reprise sur la compilation Wizzz French Psychorama 3.

.

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !