Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Milton Nascimento - María, María

Voir du même artiste


Titre : María, María


Année : 1978


Auteurs compositeurs : Milton Nascimento - Fernando Brant


Pochette : Peninha Imagem - Tadeu Valério - Loca - Cafi - Ronaldo Bastos


Durée : 3 m 6 s


Label : EMI / Hemisphere


Référence : 31C 164 422831/2



Présentation : Version originale de cette chanson popularisée par Elis Regina puis en espagnol par Mercedes Sosa, et discrètement adaptée en français par Jaïro (Batuca-Tucada).
Le titre est extrait du double album "Clube da Esquina vol. 2" qui réunit, comme son vol. 1 sorti en 1972, une partie du gratin de la musique brésilienne de cette époque.

Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

Personne n'a cette chanson dans ses favoris

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Maria, Maria, é um dom, uma certa magia
Uma força que nos alerta
Uma mulher que merece viver e amar
Como outra qualquer do planeta

Maria, Maria, é o som, é a cor, é o suor
É a dose mais forte e lenta
De uma gente que ri quando deve chorar
E não vive, apenas aguenta

Mas é preciso ter força, é preciso ter raça
É preciso ter gana sempre
Quem traz no corpo a marca, Maria, Maria
Mistura a dor e a alegria

Mas é preciso ter manha, é preciso ter graça
É preciso ter sonho sempre
Quem traz na pele essa marca possui
A estranha mania de ter fé na vida

Mas é preciso ter força, é preciso ter raça
É preciso ter gana sempre
Quem traz no corpo a marca, Maria, Maria
Mistura a dor e a alegria

Mas é preciso ter manha, é preciso ter graça
É preciso ter sonho sempre
Quem traz na pele essa marca possui
A estranha mania de ter fé na vida

Ah! Hei! Ah! Hei! Ah! Hei!
Ah! Hei! Ah! Hei! Ah! Hei!
Lá Lá Lá Lerererê Lerererê
Lá Lá Lá Lerererê Lerererê
Hei! Hei! Hei! Hei!
Ah! Hei! Ah! Hei! Ah! Hei!
Ah! Hei! Ah! Hei! Ah! Hei!
Lá Lá Lá Lerererê Lerererê!
Lá Lá Lá Lerererê Lerererê!…
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

1 commentaire
morphee Le 26/02/2021 à 19:16
Le Clube da Esquina, d'où cette version originale est tirée, est un peu le Buena Vista Social Club bréslien des années 1970 puisqu'il regroupe autour de Milton Nascimento et Lô Borges une partie du gratin musical auriverde: Toninho Horta, Fernando Brant, Beto Guedes, Flavio Venturini avec la présence d'illustres invités comme Chico Buarque et Elis Regina. Le volume 2, double album sorti en 1978 au Brésil (et non sorti en France), est un peu décevant par au rapport à l'excellent et novateur volume 1 sorti en 1972, mais comprend quelques perles comme ce futur classique "María, María".
Si l'adaptation française - on va dire ratée, par Jairo - est présente dans la base depuis environ quinze ans, la chanson de Milton Nascimento a une toute autre histoire en Amérique latine. Sortie en 1978 en plein contexte de dictatures militaires en Amérique du Sud, elle est une émouvant comptine qui parle d'une enfant esclave qui ne baisse pas les bras face à sa condition. Chantée par une femme, les paroles prennent une autre dimension, et c'est d'abord Elis Regina qui en fait une version remarquable sur l'album "Saudada do Brasil" en 1980. C'est surtout la version en espagnol (adaptée à l'origine par la vénézuélienne Soledad Bravo) de Mercedes Sosa, artiste argentine sympathisante communiste persécutée par le régime militaire de son pays au point qu'elle dut quitter le pays en 1979 après avoir été arrêtée et passée à tabac lors d'un récital public, qui la convertit en protest song. Sortie en 1983 à la fin de la triste période dictatoriale du "processus de Réorganisation nationale", elle fut le symbole de l'espérance et les "ahé-ahé-ahahé- ahé-ahé" finaux, un cri revendicatif repris dans les stades, les manifs et les protestas

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !