Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...

Renaud - Petit pédé

Voir du même artiste


Titre : Petit pédé


Année : 2002


Auteurs compositeurs : Renaud Séchan / Jean-Pierre Bucolo


Durée : 4 m 33 s


Label : Ceci-Cela


Référence : 724354695124


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau
Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

T'as quitté ta province coincée
Sous les insultes, les quolibets
Le mépris des gens du quartier
Et de tes parents effondrés
À quinze ans quand tu as découvert
Ce penchant paraît-il pervers
Que tu l'as annoncé à ta mère
J'imagine bien la galère
Petit pédé

T'aurais été noir, pas de lézards
Besoin de l'annoncer à personne
Mais c'est franchement une autre histoire
Que d'avouer « j'aime les hommes »
C'est pas de ta faute, c'est la nature
Comme l'a si bien dit Aznavour
Que c'est quand même sacrement dur
À l'âge des premiers amours
Petit pédé

Toute sa vie à faire semblant
D'être "normal", comme disent les gens
Jouer les machos à tout bout de champ
Pour garder ton secret d'enfant
Dans le petit bled d'où tu viens
Les gens te traitaient pire qu'un chien
Il fait pas bon être pédé
Quand t'es entouré d'enculés
Petit pédé

À Paris tu as débarqué
Dans les backrooms du Marais
Dans ce ghetto un peu branché
Tu as commencé à t'assumer
Pour tous les homos des bars gays
Tu étais un enfant perdu
Tu as été bien vite adopté
Même si c'était pour ton cul
Petit pédé

Tu t'es laissé aller parfois
À niquer plus que de raison
C'est ta liberté, c'est ton droit
T'as heureusement fais attention
Tu t'es protégé de ce mal
Qui a emporté tant de tes potes
Grâce à ce virus infernal
Ne sortez jamais sans capotes
Petit pédé

Bientôt tu trouveras un mec
Un moustachu ou un gentil
Alors tu te maqueras avec
Pour quelques jours ou pour la vie
Rêverez peut-être d'un enfant
Y en a plein les orphelinats
Sauf que pour vous papa-maman
C'est juste interdit par la loi
Petit pédé

Tu seras malheureux parfois
La vie c'est pas toujours le pied
Moi qui ne suis pas comme toi
Le malheur j'ai déjà donné
Qu'on soit tarlouze ou hétéro
C'est finalement, le même topo
Seul l'amour guérit tous les maux
Je te le souhaite et au plus tôt
Petit pédé

Transcripteur : hre mgþýe
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

6 commentaires
Jaspion Le 17/01/2021 à 20:48
Cette chanson est de 2002. J'imagine que le texte partait d'une bonne intention mais je trouve que la description des homosexuels et des homophobes est trop caricaturale et datée, ça ne correspondait plus aux années 2000. D'un côté le village de campagne où les gens sont forcément intolérants, de l'autre, la débauche dans le ghetto gay parisien.
hre mgbye Le 17/01/2021 à 22:20
    Enfer et gaspitude, pourquoi je l'ai crue de 1991 alors ? Du coup elle est un peu jeune pour intégrer la base. Pas grave, je la mettrai au frigo dès qu'elle sera sortie des nouveautés !
Claude Bukowski Le 17/01/2021 à 22:22
En tous cas elle fait bien écho au titre homonyme ou presque de Sexy Sushi.
Laissons cette chanson dans la Gay Bide Pride, elle y a bien sa place ; justement par son côté cliché.
cherrysalsa Le 17/01/2021 à 22:24
J'allais faire la remarque de Jaspion.
La chanson est extraite de l'un de ses disques majeurs "Boucan d'enfer" (2002).
virgulio Le 18/01/2021 à 12:53
Ben oui, mais c'est Renaud : du manichéisme souvent, de la tendresse surtout …
hre mgbye Le 22/01/2021 à 18:46
    Un peu cliché, certes, mais les clichés, ça aide à raconter une histoire, décrire une situation, en moins de cinq minutes. Il y a peut-être, en 2000, plus d'ados homos qui ne vivent pas la découverte de leur sexualité comme un traumatisme, parce que leur environnement est aimant ou simplement tolérant, et qui du coup ne ressentent pas le besoin de se réfugier dans un quelconque ghetto (en tout cas je l'espère). Mais c'est nettement moins facile à raconter que ce que Renaud décrit là.
    Ce qui est marrant, c'est que finalement, cette chanson de 2002 qui me paraissait moins bourrée de clichés que le ridicule « Comme ils disent » d'Aznavour le serait autant… Ce qui tendrait à prouver que j'ai encore quelques années de retard sur la réalité.

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !