Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Evénement à venir :

  Bide & Musique : soirée des 20 ans !


  Lieu : Seven Spirits (7 rue St Hélène, 75013 Paris), le 3 octobre 2020. Plus d'infos

Fiche disque de ...



Imago - Le cachot

Voir du même artiste


Titre : Le cachot


Année : 1978


Auteurs compositeurs : Bernard BenguiguiClaude Six


Durée : 3 m 39 s


Label : L'Escargot


Référence : ESC 377


Plus d'infos

Partager ce morceau

Personne n'a cette chanson dans ses favoris

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Je profite aujourd'hui de l'absence de nuage
Ultime privilège pas encore aboli
Un ciel entièrement bleu au-dessus du pays
Pour y semer ces mots en forme de message
A quand les courses folles de nos anciens voyages
Les chemins qui craquèlent les montagnes sauvages
Et les moutons laiteux plantés dans l'herbe grasse
Les fleuves qui se déroulent et les fruits qui s'entassent
Je suis couché dans mon cachot
Trois mètres sur trois et les barreaux
Etroits solides tendus et tout noirs
Rayent le ciel bleu de mo espoir
Je revois le marché aux couleurs bruyantes
Epices étalées et fleurs odorantes
Tous les gens bariolés et saoulés de chaleur
Sur la place écrasée de soleil à trois heures
Je suis couché dans mon cachot
Sans air l'été et les barreaux
Brûlants solides tendus et tout noirs
Rayent le ciel bleu de mon espoir
Je ne suis qu'un cachot dans un pays en prison
Où la mort siège à droite du maître de maison
Où les gens chantent et dansent sous la menace d'un fusil
Où l'on devient suspect si par chance on reste en vie
Je te dirais cela avec mes yeux et mes bras
A ta prochaine visite cinq minutes par mois
Malgré le policier qui nous épie dans un coin
Et malgré le fouet redoutable du gardien
Je suis couché dans mon cachot
Gelé l'hiver et les barreaux
Glacés solides tends et tout noir
Rayent le ciel bleu de mon espoir
Si le mendiant souvent s'excuse d'être au monde
Si l'oiseau remercie celui qui l'a enfermé
Nous sortirons d'ici sans jamais supplier
Et alors gare à ceux qui nous ont mis à l'ombre
Dans ces murs de malheur notre force a grandi
Comme une plante drue de la terre sortie
Chaque œil st un soleil chaque home est un regard
Que la mer translucide reflète comme un miroir
Je suis sorti de mon cachot
Après tant d'années et les barreaux
Rompus béants éventrés
Ne sont que poussière balayée
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

Pas de commentaires !

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !