Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Manau - La tribu de Dana

Voir du même artiste


Titre : La tribu de Dana


Année : 1998


Auteurs compositeurs : Cédric Soubiron - Hervé Lardic - Martial Tricoche


Pochette : RZ - Tramber


Durée : 3 m 46 s


Label : Polydor


Référence : 567 106 2


Plus d'infos

Partager ce morceau

7 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Le vent souffle sur les plaines de la Bretagne armoricaine.
Je jette un dernier regard sur ma femme, mon fils et mon domaine.
Akim, le fils du forgeron, est venu me chercher;
Les druides ont décidé de mener le combat dans la vallée.
Là où tous nos ancêtres, de géants guerriers celtes,
Après de grandes batailles se sont imposés en maîtres.
C'est l'heure maintenant de défendre notre terre
contre une armée de Simériens prête à croiser le fer.
Toute la tribu s'est réunie autour des grands menhirs
pour invoquer les dieux afin qu'ils puissent nous bénir.
Après cette prière avec mes frères, sans faire état de zèle,
les chefs nous ont donné à tous des gorgées d'hydromel,
Pour le courage, pour pas qu'il y ait de faille,
Pour rester grands et fiers quand nous serons dans la bataille.
Car c'est la première fois pour moi que je pars au combat
Et j'espère être digne de la tribu de Dana.

{Refrain:}
Dans la vallée (oh oh) de Dana (la li la la).
Dans la vallée (oh oh), j'ai pu entendre les échos.
Dans la vallée (oh oh) de Dana (la li la la).
Dans la vallée (oh oh), des chants de guerre près des tombeaux.

Après quelques incantations de druides et de magie,
Toute la tribu, le glaive en main, courait vers l'ennemi.
La lutte était terrible et je ne voyais que des ombres,
Tranchant l'ennemi qui revenait toujours en surnombre.
Mes frères tombaient l'un après l'autre devant mon regard,
Sous le poids des armes que possédaient tous ces barbares,
Des lances, des haches et des épées dans le jardin d'Eden
qui écoulait du sang sur l'herbe verte de la plaine.
Comme ces jours de peine, où l'homme se traîne
À la limite du règne du mal et de la haine.
Fallait-il continuer ce combat déjà perdu?
Mais telle était la fierté de toute la tribu.
La lutte a continué comme ça jusqu'au soleil couchant,
De férocité extrême en plus d'acharnement;
Fallait défendre la terre de nos ancêtres enterrés là,
Et pour toutes les lois de la tribu de Dana.

{au Refrain}

Au bout de la vallée on entendait le son d'une corne,
D'un chef ennemi qui rappelait toute sa horde.
Avait-il compris qu'on lutterait même en enfer
Et qu'à la tribu de Dana appartenaient ces terres?
Les guerriers repartaient, je ne comprenais pas
Tout le chemin qu'ils avaient fait pour en arriver là,
Quand mon regard se posa tout autour de moi,
J'étais le seul debout de la tribu; voilà pourquoi
Mes doigts se sont écartés tout en lâchant mes armes,
Et le long de mes joues se sont mises à couler des larmes.
Je n'ai jamais compris pourquoi les dieux m'ont épargné
De ce jour noir de notre histoire que j'ai contée.
Le vent souffle toujours sur la Bretagne armoricaine
Et j'ai rejoint ma femme, mon fils et mon domaine.
J'ai tout reconstruit de mes mains pour en arriver là,
Je suis devenu roi de la tribu de Dana.

{au Refrain}
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

7 commentaires
Simon.P Le 10/11/2019 à 21:54
A ajouter dans la face cachée du rap français
hug Le 11/11/2019 à 03:20
Simon.P : Je laisse tout choix en ce sens aux webmasters, concernant une possible intégration de ce titre dans le programme "La face cachée du rap français".


Mais vus la présentation de ce programme (Qui tente plutôt de présenter les tentatives du rap français volontairement comiques, parodiques ou n'ayant tout simplement pas marché) et l'énorme succès que ce titre a obtenu en 1998, je doute personnellement très fortement que ce morceau ait les caractéristiques requises pour figurer dans ce programme. Mais je peux me tromper !

Ce morceau m'évoque un très bon souvenir quand j'avais vu le groupe durant l'été 1998 dans un spectacle en plein-air aux Sables d'Olonne, en première partie de Tri Yann ! Il y avait une sacrée ambiance, car c'était l'un des plus gros tubes de cet été-là !


L'air du refrain est celui de "Tri Martolod", chanson folklorique bretonne du XIXème siècle, popularisée par sa version enregistrée par Alan Stivell en 1971.
raf69100 Le 11/11/2019 à 04:55
J'avais et doit toujours avoir l'album quelque part dans mon coffre fort a compact disque!
Simon.P Le 11/11/2019 à 14:27
Oui, tu as raison ça a fait un trop carton! Mais je pense de le rajouter dans le programme Summer bide, car cette chanson était un tube de l'été en 1998! Même si c'est une chanson qui parle de la Bretagne!
gael27 Le 11/11/2019 à 14:37
Simon P. : les titres qui entrent dans Summer Bide sont ensoleillés, ce n'est pas trop le cas de Manau.
hug Le 16/11/2019 à 02:22
Par-contre, je pense que ce titre pourrait tout à fait intégrer le programme "La nuit 90" également.
Fauvelus Le 17/11/2019 à 17:14
Inutile de préciser que ce texte n'est pas la meilleure introduction à la civilisation celtique antique : on navigue à vue entre des vagues références à la religion celte (le druides, la déesse irlandaise Dana), aux peuples pré-celtiques (les menhirs), d'incongrues références bibliques (l'enfer, le jardin d'Eden) et aux Cimmériens, un peuple du pourtour de la mer d'Azov qui ne demandait rien à personne (et surtout pas aux habitants de "Bretagne armoricaine" !)

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !