Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Isabelle Aubret - Nuit et brouillard

Voir du même artiste


Titre : Nuit et brouillard


Année : 1963


Auteurs compositeurs : Jean Ferrat


Pochette : Wiezniak


Durée : 3 m 13 s


Label : Philips


Référence : 434 812 BE


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

1 personne a cette chanson dans ses favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent

Ils se croyaient des hommes, n'étaient plus que des nombres
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés
Dès que la main retombe, il ne reste qu'une ombre
Ils ne devaient jamais plus revoir un été

La fuite monotone et sans hâte du temps
Survivre encore un jour, une heure, obstinément
Combien de tours de roues, d'arrêts et de départs
Qui n'en finissent pas de distiller l'espoir

Ils s'appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel
Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vishnou
D'autres ne priaient pas, mais qu'importe le ciel
Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux

Ils n'arrivaient pas tous à la fin du voyage
Ceux qui sont revenus peuvent-ils être heureux
Ils essaient d'oublier, étonnés qu'à leur âge
Les veines de leurs bras soient devenues si bleues

Les Allemands guettaient du haut des miradors
La lune se taisait comme vous vous taisiez
En regardant au loin, en regardant dehors
Votre chair était tendre à leurs chiens policiers

On me dit à présent que ces mots n'ont plus cours
Qu'il vaut mieux ne chanter que des chansons d'amour
Que le sang sèche vite en entrant dans l'histoire
Et qu'il ne sert à rien de prendre une guitare

Mais qui donc est de taille à pouvoir m'arrêter
L'ombre s'est faite humaine, aujourd'hui c'est l'été
Je twisterais les mots s'il fallait les twister
Pour qu'un jour les enfants sachent qui vous étiez

Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants
Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent

Transcripteur : Trocol Harum
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

2 commentaires
Trocol Harum Le 25/08/2019 à 06:00
Commémorant les victimes des camps de concentration nazis de la Seconde Guerre mondiale, la chanson "Nuit et brouillard" (en allemand Nacht und Nebel ou NN) fait référence au nom de code des "directives sur la poursuite pour infractions contre le Reich ou contre les forces d'occupation dans les territoires occupés" (Richtlinien für die Verfolgung von Straftaten gegen das Reich oder die Besatzungsmacht in den besetzten Gebieten). Elles sont l'application d'un décret du 7 décembre 1941 signé par le maréchal Keitel et ordonnant "la déportation de tous les ennemis ou opposants du Troisième Reich".
En application de ce décret, il était possible de transférer en Allemagne toutes les personnes représentant un danger pour la sécurité de l'armée allemande (saboteurs, résistants, opposants ou réfractaires à la politique ou aux méthodes du Troisième Reich) et à terme, de les faire disparaître dans un secret absolu.
Pour Jean Ferrat; la chanson évoque également la disparition de son père, arrêté puis séquestré au camp de Drancy par les autorités allemandes, avant d'être déporté, le 30 septembre 1942, à Auschwitz, où il mourra le mois suivant.

Proche de Jean Ferrat, Isabelle Aubret reprend le titre la même année, 1963. Puis la chanson sera reprise par Francesca Solleville, par Marc Ogeret, par Natacha Ezdra, par Landriault, par et par Hubert-Felix Thiefaine ainsi que, dans une version originale, par David Olaïzola.
En espagnol, Eren trenta innocents est interprétée par Mercè Madolell.
Claude Bukowski Le 25/08/2019 à 20:46
Origine du code :
"Nacht und Nebel", "Nuit et brouillard" est, dans le cycle médiéval des Nibelungen et la Wagnerie qui en découle, la formule magique qui commande le Tarnhelm, le heaume qui rend invisible.

Je ne sais ce qui, dans l'esprit torturé des décideurs nazis, souvent imprégnés d'ésotérisme, a pu pousser à choisir ces termes pour désigner la résistance dans les pays occupés. Mais les faits sont là.

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !