Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Bernard Lavilliers - Midnights shadows

Voir du même artiste


Titre : Midnights shadows


Année : 1986


Auteurs compositeurs : Bernard Lavilliers - Hector Drand


Pochette : Haymo Kindler - Jean-Christophe Lafrate


Durée : 5 m 1 s


Label : Barclay


Référence : 883 962-7



Présentation : Face B du maxi « Exterieur nuit », extrait de l'album « Voleur de feu », ce titre voit Lavilliers enfiler les clichés « wock and woll attitude » avec une légèreté et la finesse dignes de son collègue Johnny, sur un riff pompé sur celui de « I'm on the road again ».

Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

6 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Midnight shadows Rock de cuir rouge
Midnight shadows personne ne bouge
Attendre l'aube grise et rouillée
Chanter tout seul c'est ma tournée

Midnight shadows c'était mon titre
Rocky le Rouge prince de la street
Personne ne bouge
Laissez passer Rocky le Rouge
Dans la fumée

Heavy metal
Noces de parking
Je suis le seul, le seul fils de James Dean
Cracher sa haine
Pour faire danser
Des lycéennes
Dévergondées

Trains de banlieues déserts
Déchirants comme un cri
Le sommeil ordinaire
Des esclaves soumis
Debout sur ma bécane
La vitesse, le cambouis
Chantent le Rock'n Roll
Désormais interdit

Midnight shadows…

Midnight shadows, Longwy la Rouge
Même pour la cause, personne ne bouge
Sortez de l'ombre, pour faire tourner
Vos louves sombres, vos louves au cœur d'acier

REFRAIN

Oh ! carcasses de fer et fumées qu'on oublie
Ce n'est même plus l'enfer, c'est tout juste l'ennui
Il reste la colère dans les cœurs insoumis
Il reste la misère sur la Fensch endormie

Midnight…

Sortez vos ongles beaux léopards
Sortez du nombre beaux comme des poignards
Solo qui gronde, appels de phares
Tranchant le monde comme des guitares

REFRAIN

Le rock ça sent la bière, la violence des amplis
Le ketchup et l'enfer, la vitesse, le cambouis
Y a le bruit des bécanes, le silence du métro
C'est dans le Rock'n Roll, ça balance
Et c'est trop

Midnight shadows (midnight shadows)
Hej midnight shadows…
Midnight shadows (midnight shadows)
Hej midnight shadows… (ad lib)

Transcripteur : hre mgþýe & Claude Bukowski
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

5 commentaires
hre mgþýe Le 02/10/2016 à 20:30
    Merci à l'incommensurable Claude Bukowski de nous faire découvrir ce morceau qui voit Lavilliers sortir de la moiteur des jungles sud-américaines pour plonger dans l'enfer des clichés urbains. J'aime beaucoup le passage où il est debout sur sa bécane (pratique pour conduire) et où le camboui chante la violence des amplis au milieux des louves qui tournent dans le silence des métros déchirants comme un cri. C'est plus du Johnny, c'est carrément du Capdevielle au niveau des paroles !
Claude Bukowski Le 02/10/2016 à 21:20
Oui, déjà que d'entrée de jeu, les lycéennes dévergondées et le seul fils de James Dean, c'était musclé ; mais quand il nous sort le ketchup et la bière, on n'a qu'une envie : dire tous en chœur "Merci, Bernard !".

Ceci dit, les paroles officielles diffèrent un peu, par exemple c'est "Rock de cuir rouge" et non une robe.

Je vous les partage dès que j'ai cinq minutes, promis.
cherrysalsa Le 03/10/2016 à 00:27
J'adore l'album "Voleur de feu" dont est extrait ce titre.
A noter sur cette chanson, un des chœurs, la direction d'orchestre, et une des guitares est assuré par le bluesman Bill Deraime.
Sur cet album qui contient l'énorme tube devenu un des grands classiques du Nanard "Noir et blanc" ("De n 'importe quel pays de n'importe quelle couleur, la musique est un cri qui vient de l'intérieur"), notre chanteur Stéphanois s'était entouré du gratin absolu des musicos, producteur, techniciens de studios du moment de niveau international.
Le disque contient deux chansons "salsa" : "Borinqueno" et "East Side Story". Et pour l'occasion, le Bernard est entouré de l'orchestre de Ray Barretto avec le maestro, soit la troupe d'élite de la légendaire FANIA. De la dinguerie pure !

Dernière anecdote: cette chanson est dédiée, justement, à Johnny.
Trocol Harum Le 04/10/2016 à 11:34
C'est la charmante et bucolique vallée de la Fensch en Moselle, aucun lien avec la sainte celtique Fainche Muirgen !
Claude Bukowski Le 06/10/2016 à 00:01
Les paroles approuvées par le sosie officiel de Bernard Lavilliers : [Merci]

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !