Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Gamin'ries pou las p'tchiots morvandiaux - Lai Saint Gueurluchon

Voir du même artiste

Voir plus d'images


Titre : Lai Saint Gueurluchon


Année : 1977


Auteurs compositeurs : traditionnel


Durée : 3 m 45 s


Label : Vendémiaire


Référence : FP.VDES 038



Présentation : Histoire racontée par Daniel Lavenier

Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

1 personne a cette chanson dans ses favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

A y ai aine fouâ ain chat qu'étot enrhumé. Les r'mèdes n'y fiaint ren, a n'pouvot pus miâner. A dit : " Faut qu'y aille en dévauchon au bon Saint Gueurluchon". Le vouélai parti quant ai renconteur ain poulot. A dit : "Laivou don qu'tu vas c'mment c'Iai, chat ? A dit :"I seus enrhumé, i vas en dévauchon au bon Saint Gueurluchon". A dit, "Moué 'tou, i seus enrhumé", a dit,"i peux pus chanter". A dit : "I vas ailler étou daivou toué." A dit : "bin, vins don !"

Les vouélai partis tot les deux quant ai rencontront aine ouée. "Lavou don qu'vous aillez c'mment çai ?" -" I sons enrhumés, y aillons en dévauchon au bon Saint Gueurluchon." -"Moué 'tou i seus enrhumé", elle dit, "i peux pus can'c'ner. I vas ailler étou daivou vous !"

En cor de route, ai rencontrèrent aine bique. "Laivou qu'vos aillez c'mment, çai ?" - "I sons enrhumés, i aillons en dévauchon au bon Saint Gueurluchon". "Moué 'tou i seus enrhumée", elle dit, "i peux pus bêler. I vas ailler étou daivou vous".

Aiprés, ai recontrérent ain moton et peu aine bocaisse q'étint bin enrhumés étou qu'partérent daivou z'eux.

En cor de route ai rencontrérent ain chien. Ai dit  : "L'aivou don qu'vos aillez c'mment çai teurtos ?" "-I sons enrhumés, i aillons en dévauchon au bon Saint Gueurluchon". A dit : "moué 'tou i seus enrhumé", a dit ,"i peux pus zaipper. I vas ailler étou daivou vous".

Les vouélai tos partis. A l'airrivérent â bon Saint Gueurluchon ai l'entrée d'neut. Le chat, ai dit : "Laivou don qu'y aillons souper ?" Quand el apparceuvérent aine peutchiotte lumiére dans l'bouais. A y aillérent, a trouvérent aine peutiotte maïon qu'a y avot parsounne. C'étot lai maïon du loup.

L'poulot a dit : "Quoué don qu'y aillons méger ?" Le chat dit "Mas vouélai des treuffes ! I aillons en fâre cueure aine bonne marmitée !" Quant les treuffes sont été cueutes, ai s'mettérent de conte, a les mégérent totes, a n'laichérent que les pieumes.

L'poulot a dit : "Mas laivou don qu'y aillons coucher ?" Le chat a dit :" Mas i sons brâment iqui !". A dit : "Moué i vas m'mette devant lai cheum'née". Le poulot dit : "Moué i vas m'mette dessus lai chem'née". L'ouée elle dit: "Moué i vas m'mette dans l'lit". Lai bique elle dit: "Moué i vas m'mette dessus lai tabe". Le moton a dit : "Moué i vas m'mette dessôs lai tabe". Lai bocaisse, elle dit : "Moué i vas m'mette dessus lai chése", et peu l'chien: "Moué i vas m'mette dâré lai porte".

Quand que l'loup rentrai, al étot neut. Al aillai pou souper, a n'aivot pus ren ai méger, a n'ai raimassé qu'les pieumes. Le chat qu'étot d'vant lai cheum'née li griffai tote lai gueule. Le poulot qu'étot s'lai cheum'née l'aivot tot emplâtré. Quant'ail ot été pour s'coucher l'ouée qu'étot dans l'lit le battai daivou ses oles. Lai bique qu'étot su lai chése l'enforchai daivou ses cornes. Le moton qu'étot sos lai tabe li ai baillé deu-trôas coups de tête dans l'vente. Lai bocaisse qu'étot s'lai chése y ai piqué les fesses daivou son bec. Quand el ot été pou sorti le chien l'ai brâment mordu.

En s'sauvant, a rencontrai ain aute loup. A dit : "D'laivou don qu'te vins c'mment çai ?" A dit: "Oh, n'men parle pas ! Quand qu'i seus rentré chez moué qu'i seus été pou souper, i aivot pus ren ai méger, i ai raimassé qu'les pieumes". A dit : "D'vant lai cheum'née, i aivot aine sacrée cardeuse qu'mai tot cardé l'nez. Dessus lai cheum'née, i aivot ain plâtrier que m'ai tot emplâtré. Dessus lai tabe, a i aivot aine fouénouse que m'enforchai daivou sai forche. Dessos lai tabe, i aivot ain fendou d'bos qu' m'ai tapai dessus daivou sai mailleuche. Dessus lai chése, i aivot ain cordannier qu'm'ai piqué daivou son aillouâgne. Quand qu'i seus été pou sorti, mon aimi, dâré lai porte, a i ai ain mar'chau qu'm'ai emporté les fesses daivou ses t'nailles." A dit "Pus jaimâs i y r'teurne !"

Quant ée z'autes, a dremérent brâment au chaud tote lai neut. Ai lai pique du jor quand ai s'en aillèrent, i ai longtemps qu'el étint dérhumés !

Transcripteur : Fauvelus
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

1 commentaire
Fauvelus Le 29/05/2016 à 22:16
Conté par Daniel Lavenier, cultivateur et garde-champêtre à Montot - Commune de Brazey-en-Morvan (Côte d'or), enregistré le 1er janvier 1977.

[les pairôles :] [Merci]

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !