Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Conseil supérieur de la chasse - Lâcher de faisandeaux (Face B)

Voir du même artiste

Voir plus d'images


Titre : Lâcher de faisandeaux (Face B)


Année : 1982


Auteurs compositeurs : Service Technique du Conseil Supérieur de la Chasse


Pochette : Georges Hallo, JACANA


Durée : 4 m 43 s


Label : JACANA


Référence : JAC 13



Présentation : Face B : clichés 9 à 18.

Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

8 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Trois dispositifs différents ont été expérimentés avec succès pour recevoir les faisandeaux âgés de six à sept semaines.

Le premier dispositif est une volière à paroi haute. Cette volière peut être construite facilement avec des panneaux grillagés démontables, ce qui permet des réutilisations en d'autres sites. Le grillages des côtés est à maille de 16 millimètres jusqu'à cinquante centimètres au moins de haut, à maille plus grande, 35à 41 mm au-dessus. La couverture est formée d'un filet ou d'un grillage à maille de 35 mm au plus.

[Cliché]

Le lieu de construction de la volière aura été choisi à l'abri du vent et de manière à offrir aux faisandeaux à la fois un ensoleillement qui leur est absolument nécessaire et un abri de couvert naturel.
On dispose avant l'arrivée des oiseaux à l'intérieur et à l'extérieur de la volière les mêmes types de mangeoires et d'abreuvoirs. Ces ustensiles peuvent être confectionnés à peu de frais, à l'aide de vieux bidons, de pneus coupés, de sacs en plastique formant cuvette à même le sol. La mangeoire doit être cependant conçue de façon que les aliments composés dont elle sera pourvue restent à l'abri de l'humidité.
La surface de la volière sera telle que le densité des oiseaux ne dépasse pas un sujet par mètre carré.

[Cliché]

Le deuxième dispositif ne diffère du premier que par la hauteur des panneaux grillagés formant une paroi verticale. Le filet de couverture est maintenu à une certaine hauteur par la végétation arbustive naturelle et par des piquets. Ce système est moins onéreux et plus facile à mettre en œuvre, mais il comporte davantage de risques de destruction par les grands carnassiers.

[Cliché]

Lorsqu'on utilise l'un ou l'autre de ces types de volière, on y maintient l'ensemble des oiseaux captifs pendant une semaine environ. On les libère ensuite par fraction, par intervalle de huit à dix jours. Cette libération doit être faite par beau temps et avec discrétion à partir soit d'une porte soit d'une trappe manœuvrées à distance de façon que les oiseaux quittent la volière calmement à pattes.

[Cliché]

Après la libération des derniers occupants, il importe de démonter en partie la volière de façon que les oiseaux qui pourraient y revenir ne risquent pas de s'y trouver bloqués par un prédateur.

[Cliché]

Le troisième dispositif, qui est très employé en Angleterre, met en œuvre un enclos découvert dont les parois grillagées comptent environ deux mètres de hauteur.

[Cliché]

On y installe des oiseaux âgés de six à sept semaines après leur avoir coupé, à quatre centimètres de leur base, les cinq premières rémiges juvéniles d'une aile.

[Cliché]

La pousse des rémiges du plumage adulte permet aux oiseaux de se libérer par eux-mêmes après dix à vingt jours en franchissant la clôture. Après ce mouvement, les faisandeaux, surtout les premiers échappés, cherchent à rentrer à pattes dans l'enclos.

[Cliché]

Pour permettre leur entrée tout en protégeant l'ensemble de l'intrusion des renards, des ouvertures armés de barreaux prolongées à l'intérieur par un tunnel grillagé sont aménagées dans les parois. On protège les faisandeaux contre les prédateurs grimpeurs par un bas relais posé au sommet de la clôture. Cette précaution, utile dans le cas des volières, est ici nécessaire. Cette méthode est simple et évite l'emploi d'une couverture par l'habitude qu'elle donne aux faisandeaux de revenir au lieu de lâcher, elle est très efficace quant au cantonnement.

[Cliché]

Les dispositions prises pour maintenir les oiseaux le plus longtemps possible autour du point de lâcher n'excluent pas l'opportunité de l'installation d'un agrainoir dispersé sur l'ensemble du territoire en offrant en permanence aux oiseaux une nourriture qu'ils apprécient particulièrement : céréales et aliments composés. Ces agrainoirs peuvent être utiles pour limiter leurs déplacements et palier un manque éventuel de nourriture naturel au cours de la mauvaise saison.

Transcripteur : Dam-Dam
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

7 commentaires
Kevin Brandon Song Le 17/11/2015 à 15:57
CPBM : Chasse , Pêche , Bide et Musique ;-)
la patate Le 17/11/2015 à 15:59
Un enregistrement de poissons ça ne doit pas être très bruyant …Quoi que le poisson chat doit peut-être miauler !?!?
lechuck Le 19/11/2015 à 14:39
Intéressant, pour paraphraser Marie-Christine. On croirait entendre un spot de la SPA.
sebwalker Le 22/11/2015 à 15:15
Faites l'amour, pas la chasse !!!! ;-)
Muelopa Le 22/11/2015 à 15:26
Ahah, pas mal du tout :D
Dam-Dam Le 23/07/2018 à 00:24
Les paroles pour les spécialistes : [Merci]
Hypobide Le 17/10/2021 à 21:28
Et pour les poules … On fait comment ?

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !