Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Evénement à venir :

  [Reportée en 2021] Bide & Musique : soirée des 20 ans !


  Lieu : Seven Spirits (7 rue St Hélène, 75013 Paris), le 3 octobre 2020. Plus d'infos

Fiche disque de ...



Glaces Gervais - La conquête du Pôle Nord

Voir du même artiste


Titre : La conquête du Pôle Nord


Auteurs compositeurs :


Durée : 5 m 1 s


Label : Glaces Gervais



Présentation : Un disque souple sur la conquête du pôle Nord en 1909 par Robert Peary et Henson.

Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

1 personne a cette chanson dans ses favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Le Pôle Nord est le point géographique situé le plus au nord, au milieu de l'océan glacial Arctique. Cet océan est en grande partie recouvert d'une croûte de glace épaisse appelée la banquise sur laquelle l'homme peut se déplacer en traîneau ou atterrir en avion. On peut même y construire des stations polaires dans lesquelles des scientifiques et des techniciens séjournent plusieurs mois. Aujourd'hui tout cela est possible.

Mais à l'époque des premiers explorateurs polaires, c'était une autre histoire. On abordait la banquise par bateau en se frayant un chemin entre les blocs de glace qui s'en détachent pendant l'été. Parfois aussi la banquise se fissure. Ce sont alors de gigantesques plaques de glace de plusieurs kilomètres qui s'en séparent et partent lentement dans l'océan.

De nombreuses expéditions polaires se sont ainsi retrouvées coupées de leurs bases, abandonnées sur une île flottante, pour une dérive de plusieurs mois. Pour les navires, la rencontre avec un iceberg reste le principal danger. Voici comment le commandant Charcot, l'un des plus explorateurs polaires français, décrit une de ses rencontres :

"J'aperçois barrant le gréé de la brume au-dessus de nos têtes une grande ligne blanche que je crois tout d'abord pour une éclaircie dans le ciel. Mais une masse bleutée qui teinte la brume m'indique mon erreur. Un iceberg. Ce que je vois là devant nous, c'est son plateau couvert de neige. L'iceberg est énorme. Je hurle de toutes mes forces : Tribord ! Mais au même instant, une autre masse semblable se dresse à tribord et nous domine tandis que l'écho de la mer qui s'engouffre dans les cavernes invisibles résonne comme le ricanement d'un géant. Zéro ! Je crie en levant les bras et miraculeusement nous passons entre les deux montagnes flottantes."

Une fois sur la banquise, les premiers explorateurs se déplaçaient en traîneaux tirés par des chiens. Le matériel traditionnel des esquimaux était en effet le seul adapté à cet univers. L'Américain Peary fut peut-être le premier à atteindre le Pôle Nord en 1909 après vingt-trois années de préparation et huit voyages dans les déserts arctiques. Au cours de chaque voyage, il avait perfectionné sa méthode en suivant les conseils de l'explorateur norvégien Nansen qui disait : L'homme qui voudra franchir sur les glaces arctiques de très grandes distances devra se transformer en véritable Inuk. Un Inuk, des Inuits. C'est le mot qu'utilisent les Esquimaux pour se désigner entre eux.

Peary débute sa dernière expédition à bord du Roosvelt, un navire spécialement conçu pour affronter les mers glaciales. Arrivé au nord du Groenland, dans un village qu'il connaît bien, il embarque une cinquantaine d'Inuits et 236 chiens. Peu après, le Roosvelt étant immobilisé dans les glaces, Peary installe sa base de départ. Il applique la technique qu'il a longuement élaborée depuis tant d'années. Un premier groupe part devant pour ouvrir la voie, des groupes de soutien suivent, échelonnant des dépôts de vivres et de matériel, enfin en dernier arrive le groupe de Peary qui ménage ses forces pour l'effort final.

Une fois sa tâche terminée, chaque groupe d'avant-garde fait demi-tour au fur et à mesure que Peary avance. Le 1er avril 1909, à 200 kilomètres environ du pôle, Peary renvoie vers l'arrière le dernier groupe de soutien. Alors, avec son compagnon Matthew Henson et quatre esquimaux, il se lance à l'assaut final. Le groupe est équipé de cinq traîneaux tirés par quarante chiens en tout. Le 6 avril, Peary se tourne vers Matthew et lui dit : Nous ici voici, mon vieil Henson. Es-tu content ? Et Henson de répondre : Si tu es content, je suis content. Peary était arrivé au sommet du globe terrestre.

Ce disque a été réalisé pour vous par les glaces Gervais.

Transcripteur : Dam-Dam
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

2 commentaires
Claude Bukowski Le 22/03/2015 à 22:15
A ajouter aussi dans "Le tour du monde en 80 bides", peut-être ? [Adjugé ! - doc] En tous cas, ça donne envie de partir là-bas !
Dam-Dam Le 04/08/2019 à 23:00
Les paroles : [Merci]

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !