Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Triangle - Élégie à Gabrielle

Voir du même artiste


Titre : Élégie à Gabrielle


Année : 1970


Auteurs compositeurs : F. Jeanneau - G. Fournier - J.-P. Prévotat - P. Forges


Durée : 5 m


Label : EMI / Odéon


Référence : C006-10415


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

Personne n'a cette chanson dans ses favoris

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Des lumières dorées au fond de ses yeux
Elle aimait son élève de dix-sept ans

Mais pour les jurés, l'amour est un jeu
Quand on est femme au-delà de trente ans

Dans la prison, elle n'espérait plus rien
Elle a choisi de mourir un matin

Transcripteur : Dam-Dam
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

2 commentaires
Dam-Dam Le 23/01/2012 à 19:40
Des paroles inspirées de l'affaire Gabrielle Russier :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gabrielle_Russier

[Merci !]
Trocol Harum Le 21/07/2013 à 14:36
Gabrielle Russier, professeure agrégée de lettres est née le 29 avril 1937 à Paris et s'est suicidée le 1er septembre 1969 à Marseille. Ayant eu une liaison avec un de ses élèves, né en 1952, elle sera condamnée à un an de prison, le 10 juillet 1969, pour enlèvement et détournement de mineur. Le président Pompidou fait préparer le dossier d'amnistie mais le Procureur de la République de Marseille, particulièrement vindicatif, fait appel pour empêcher l'amnistie. Gabrielle Russier se suicidera avant sa comparution devant la cour d'Appel. Le Président Pompidou, très marqué, prononcera devant la presse ces simples mots de Paul Eluard :
« Comprenne qui voudra, Moi, mon remords, ce fut la victime raisonnable au regard d'enfant perdu, celle qui ressemble aux morts qui sont morts pour être aimés ».
En 1971, le film d'André Cayatte, "Mourir d'aimer", parfaitement interprété par Annie Girardot, lui sera consacré. Le téléfilm de Josée Dayan, réalisé en 2009, et qui transpose l'action dans les années 80 est moins crédible.
Outre la chanson de Serge Reggiani, "Gabrielle", d'autres titres ont été consacrés à Gabrielle Russier notamment, la plus engagée, par Anne Sylvestre, "Des fleurs pour Gabrielle", par Triangle, "Elégie à Gabrielle", par Stanis (Jean-Claude Chesneau), "L'amour interdit" ou par Claude François, "Qu'on ne vienne pas me dire".
La plus connue est la chanson de Charles Aznavour, "Mourir d'aimer".
Charles Aznavour a aussi interprété le titre en espagnol sous l'intitulé "Morir de amor", en italien sous le titre "Morire d'amore" et en anglais sous le titre "To die of love" seul ou en duo avec Nana Mouskouri.
Parmi les reprises de "Mourir d'aimer" figurent celle en duo de Charles Aznavour & Nana Mouskouri, celle d'Essaï, celle de Lisa Angell, celle de Danielle Licari ou celle de Guadalupe Pineda.
En néerlandais, André Hazes a chanté "Ik hou van jou" alors qu'en finnois, Eino Grön a interprété "Niin teen".
Parmi les livres consacrés à cette affaire, figurent "Les Écrous de la haine" par Michel Castillo, "Plaidoyer pour une âme", "L'affaire Gabrielle Russier" par Geneviève Lefevre-Toussaint et "Lettres de prison" par Gabrielle Russier.

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !