Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Evénement à venir :

  Actualisation ! Bide & Musique : soirée des 20 ans !


  Lieu : Seven Spirits (7 rue St Hélène, 75013 Paris), le 3 octobre 2020. Plus d'infos

Fiche disque de ...

Éric Charden - Amour limite zéro

Voir du même artiste


Titre : Amour limite zéro


Année : 1965


Auteurs compositeurs : Éric Charden


Pochette : T. Frank


Durée : 2 m 48 s


Label : Decca


Référence : 460.943


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau
Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

A chaque fois
Que je m'aperçois
Que ma vie s'en va
Et bien j'ai peur parfois
Et je me demande pourquoi
Tout ce temps qui part
N'a pas pitié de moi
Je me suis perdu sans toi
Je me suis perdu sans moi
Je me suis perdu sans toi

A chaque fois
Que je m'aperçois
Que mon cœur s'en va
Un peu plus loin de toi
L'inquiétude me prédit
En une seconde je vois ma vie
Et je hais la nuit
Moi, je me suis perdu sans toi
Moi, je me suis perdu sans moi
Moi, je me suis perdu sans toi

A chaque fois
Que surgit la pluie
Tout le bleu devient gris
Et même Dieu est parti
le souvenir m'envahit
Et j'entends trop de bruit
Arrêtez vos cœurs
Ils me rappellent mon bonheur
Moi, je me suis perdu sans toi
Moi, je me suis perdu sans toi
Moi, je me suis perdu sans toi
Moi, je me suis perdu sans toi
Moi, je me suis perdu sans toi…

Transcripteur : Dam-Dam
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

3 commentaires (dont 1 archivé)
Fillmorejive Le 25/06/2015 à 17:05
Pas mal ! Ça change des gondoles à Venise. Cool ce titre à la Louis Louis
Claude Bukowski Le 28/10/2019 à 21:30
Ha oui, les Gondoles à Venise interprétées par Charden, en version Psychédélique, ça vaudrait son pesant de cuberdons, pour sûr.

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !