Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Evénement à venir :

  Actualisation ! Bide & Musique : soirée des 20 ans !


  Lieu : Seven Spirits (7 rue St Hélène, 75013 Paris), le 3 octobre 2020. Plus d'infos

Fiche disque de ...



Nina Hagen - Natürträne

Voir du même artiste


Titre : Natürträne


Année : 1978


Auteurs compositeurs : Nina Hagen


Durée : 4 m 6 s


Label : 83136


Référence : CBS


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

16 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Offnes Fenster präsentiert
Spatzenwolken himmelflattern
Wind bläst, meine Nase friert
Und paar Auspuffrohre knattern

Ach, da geht die Sonne unter
Rot, mit Gold, so muss das sein
Seh ich auf die strasse runter
Fällt mir ein Bekannter ein

Prompt wird mir's jetzt schwer ums Herz
Ich brauch' nur Vögel flattern sehen
Und fliegt main Blick dann himmelwärts
Tut auch die Seele weh, wie schön !

Natur am Abend, stille Stadt
Verknackste Seele, Tränen rennen
Das alles macht einen mächtig matt
Und ich tu' einfach weiterflennen

Transcripteur : hre mgbye
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

3 commentaires
Le gros Lulu Le 09/10/2011 à 20:30
    Extrait du premier album après son passage du mur, Nina était alors à la pointe de la mouvance punk du coin. Ce qui ne l'empêcha pas d'y insérer ce morceau, à mi chemin entre le slow qui tue et l'opéra déjanté. Même dans le punk, elle avait du mal à rester orthodoxe, en quelques sortes.

Une traduction des paroles :

« Les larmes de la nature »

A travers la fenêtre ouverte je vois
Des petits nuages qui flottent dans le ciel.
Le vent souffle, mon nez gèle
Deux tuyaux d'échappement pétaradent

Ah, le soleil se couche
Rouge et or, ça doit être ainsi.
Je regarde en bas dans la rue
Je tombe sur une connaissance

Soudain mon cœur devient lourd
J'ai juste besoin de voir des oiseaux voler
Et mon regard part alors en direction du ciel
Ça apaise mon âme, comme c'est bon

La nature, le soir; la ville est tranquille.
L'âme tourmentée, des larmes coulent à flot
Tout m'épuise
Et je continue à pleurnicher

    Déjà assez loin du "no future", comme on peut le constater.
Profshadoko Le 12/07/2012 à 21:34
Franchement, pour faire de l'Allemand depuis pas mal de temps, pour avoir tenté des concours en Allemand de la fonction publique, je peux vous dire que ce qui s'approche le plus de sa diction, c'est un discours d'Adolf.
Kate&Brian Le 21/06/2020 à 08:41
J'adore ce morceau ! La quintessence du bide et de la musique !

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !