Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Les Fizz - Stop, tu n'as plus le droit (stop in the name of love)

Voir du même artiste


Titre : Stop, tu n'as plus le droit (stop in the name of love)


Année : 1966


Auteurs compositeurs : Brian Holland - Lamont Dozier - Eddie Holland / adapt. Franck Gérald


Pochette : Pathé Marconi


Durée : 2 m 54 s


Label : Ducretet-Thomson


Référence : 460 V 727


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

Personne n'a cette chanson dans ses favoris

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Stop ! Tu n'as plus le droit
De nous parler d'amour

Tu venais souvent t'asseoir tout près de nous
Sous notre parasol
Et tu nous faisais la cour
Cet été chacune à notre tour
Dis-toi bien que ce n'est plus la peine
De te donner tant de mal
« Tu n'as plus le droit »
Tu devras dans huit jours
« Tu n'as plus le droit »
Dans huit jours et pour toujours

REFRAIN
Stop ! Tu n'as plus le droit
De nous parler d'amour
Stop ! Tu n'as plus le droit
De nous parler d'amour
Tu n'as plus le droit
Tu n'as plus le droit

Ne nous prend pas pour tes âmes sœurs
Tu ferais mieux d'aller chercher ailleurs
Tu trouveras des filles qui t'aideront
A enterrer joyeusement ta vie de garçon
Tu peux supplier à genoux
Ne compte pas sur nous
« Tu n'as plus le droit »
Dans huit jours tu te maries
« Tu n'as plus le droit »
Et pour toi c'est bien fini

REFRAIN

Et maintenant c'est vraiment dommage
Tu ne viendras plus nous voir sur la plage
Pourtant n'aie pas trop d'inquiétude
Nous saurons combler notre solitude

REFRAIN…

Transcripteur : Dam-Dam
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

6 commentaires
Dam-Dam Le 03/10/2011 à 19:13
Les paroles de cette histoire de plage, influencée sans doute par Patricia Carli alors que l'original des Supremes (avec Diana Ross dedans) est une simple histoire domestique, beaucoup plus réaliste : [Merci !]
jihemji Le 05/10/2011 à 09:19
En 1965, le chef d'orchestre et producteur Jacques DENJEAN décide de former un nouveau groupe qui chanterait des airs de rhythm & blues en français.
Il recrute à cet effet trois ex-membres du groupe vocal "Les Djinns": Danielle LICARI, Nadine DOUKHAN et Jackie CASTAN.
Ce trio original s'appellera "Les Fizz" et sortira 3 EP: "La ville" et "Trois filles pour un garçon" en 65, "Stop, tu n'as pas le droit" en 66, avant de se dissoudre en 67.
Danielle LICARI poursuivra ensuite une brillante carrière comme chanteuse et choriste.
LaDenrée Le 07/08/2012 à 01:20
Pris d'une pulsion folle je tape ZZ Top pour voir si les barbus étaient dans la base et voila que je tombe sur ça!

Ca contraste un peu!
Kate&Brian Le 05/01/2014 à 14:17
On est à un cheveu des inécoutables, non ?
Steph0908 Le 16/08/2015 à 14:29
Et la version allemande est disponible dans la dernière émission cacophonix en date !
http://www.bide-et-musique.com/song/16962.html
Trocol Harum Le 17/09/2018 à 05:42
La chanson "Stop ! In the name of love" a été créée par les Supremes et adaptée en français pour les Fizz sous le titre "Stop, tu n'as plus le droit" et pour Claude François sous l'intitulé "Stop, au nom de l'amour", titre repris par Thierry Pastor puis par Bang Bang pour l'album "CloClo Mania".
En espagnol, la chanson a été interprétée par Gretza y los Garbos
En finnois, "Seis-nimeen rakkauden" a été chanté par Kirka et repris par Eija Kantola, Marjorie & Anneli Saaristo
En allemand, les Jacob Sisters ont chanté" Was hab' ich dir getan".
En italien, Renata Pacini a interprété "In nome dell'amore".
Parmi les reprises, notons celle, originale, de Johnny Rivers, celle des Isleys Brothers, celle de Gene Pitney, celle des New Christy Minstrels, celle de Yukhihiro Takahashi, celle des Hollies, celle de Gilbert Montagné ou, en 2018, celle de Linda Carter.

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !