Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Evénement à venir :

  Actualisation ! Bide & Musique : soirée des 20 ans !


  Lieu : Seven Spirits (7 rue St Hélène, 75013 Paris), le 3 octobre 2020. Plus d'infos

Fiche disque de ...



Patrick Juvet - Rêves immoraux

Voir du même artiste


Titre : Rêves immoraux


Année : 1982


Auteurs compositeurs : Jean-Loup Dabadie - Patrick Juvet


Pochette : Jean-Baptiste Mondino


Durée : 4 m 42 s


Label : Barclay


Référence : 100.188


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

11 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Des statues de marbre font l'amour intégral
Sous les arbres, je marche nu, j'ai peur du scandale
Le parfum défunt d'un ange me dérange
C'est l'odeur du mal
Dans la nuit s'efface au loin la grâce
De deux garçons qui s'enlacent

Tout près de mon corps sans âme, se pâme une femme
A son pied, déesse vague, elle porte une bague
Au creux de son ventre, une fleur anormale
Et c'est la fleur du mal
Elle me fait tomber des nues
D'une caresse inconnue

Oh, je fais des rêves immoraux
Oui, je fais des rêves immoraux
Et je bois avec délice
Au supplice dans mon lit
Mon calice jusqu'à la lie

Oh, je fais des rêves immoraux
Oh oui, je fais des rêves immoraux
Je descends au fond d'un précipice
Où j'attends de subir les sévices
De l'enfer et de sa directrice


D'une arme ambiguë, soudain elle me transperce
Je pousse un cri aigu, elle me berce
Mon sang qui coule est d'une couleur fatale
C'est la couleur du mal
Entièrement nue contre mon corps
Elle me boit jusqu'à ma mort

Oh, je fais des rêves immoraux
Oui, je fais des rêves immoraux
On me couche, on me repeint la bouche
Mais le vent que la tempête apporte
Couvre ma tête de feuilles mortes

Oh, je fais des rêves immoraux
Suis-moi dans mes rêves immoraux
Tu verras le fond du précipice
Et tu y subiras les sévices
De l'enfer et de sa directrice

Oh, je fais des rêves immoraux
Oui, je fais des rêves immoraux
Et je bois avec délice
Au supplice dans mon lit
Mon calice jusqu'à la lie, la lie


Transcripteur : hre mgbye
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

3 commentaires
Dam-Dam Le 13/03/2011 à 20:47
Prestation télévisuelle : http://www.youtube.com/watch?v=RfNLZQcfVz4
hug Le 18/03/2011 à 15:24
Je trouve le texte de cette chanson un peu abscons et Patrick Juvet l'interprète de façon un peu maniérée. Mais la mélodie est vraiment très belle et a donc sa place dans mes favoris. Je pense qu'il y avait trop de différences artistiques entre "Lady night" et ça pour que ça marche. C'était peut-être trop élaboré quand elle est sortie. S'il l'avait sortie un peu plus tard, ça aurait eu plus de succès, je pense. 1982, ça ne m'étonne pas : Légalisation de l'homosexualité. Belle chanson sur ce thème.

(Le 14 / 11 / 2015) : Réponse à Hre: Pour le texte, en fait, j'ai toujours compris que justement il est pris au piège d'une femme qui le force à l'aimer mais que les deux garçons qui s'embrassent au début du texte représentent au contraire les rêves immoraux de Patrick, d'où le thème de l'homosexualité abordé.

Quant au fait que ce soit très différent de "Lady night", ce n'est pas que je pense qu'un artiste doive faire la même chose à chaque fois, mais que généralement les chansons qui sortent en singles sont souvent dans une même lignée pour ne pas trop décevoir le public premier. Les chansons qui changent un peu se trouvent en général sur les albums. Mais ceci dit, c'est vrai que Patrick a plusieurs "périodes musicales" dans sa carrière.
Fernande Kange-Pança Le 17/12/2014 à 10:29
    Gni ? Une chanson sur la législation de l'homosexualité ? À part deux vers dans le premier couplet, celui qui posent l'ambiance « décadente » de la chanson, où il est évoqué « au loin la grâce de deux garçon qui s'enlacent » (au loin, hein, on n'a pas trop envie de voir ça de près) entre « le parfum défunt d'un ange » et « des statues de marbre qui font l'amour intégral » (c'est quoi l'amour intégral ? Une petite perversion de matheux ?), il n'est question que de rêves immoraux avec une femme, non ? À la limite une chanson sur le sadomasochisme, puisque elle le poignarde dans le troisième couplet ce qui semble l'amener au sommer de la félicité.

    Quand à la différence avec « Lady night », sortie trois ans plus tôt, mon dieu, tu sais, hug, qu'il y a même des artistes totalement inconscients qui sortent des morceaux avec des tempos et des arrangements différents SUR LE MÊME ALBUM ? C'est fou, ça ! Comment voulez-vous que l'auditeur s'y retrouve si vous changez tout le temps de style ? Les vrais artistes ils refont la même chanson durant toute leur carrière, c'est pour ça qu'on les aime !

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !