Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



France Gall - Allo Monsieur là-haut

Voir du même artiste

Voir plus d'images


Titre : Allo Monsieur là-haut


Année : 1968


Auteurs compositeurs : Gérard Gustin - Philippe Nicaud


Pochette : Recto: Tony Kent - Verso: Patrick Bertrand


Durée : 2 m 53 s


Label : Philips


Référence : 437.423 BE


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

12 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Allo allo Monsieur là-haut
C'est France Gall à l'appareil
Je voudrais que vous me passiez
Le bureau du Père éternel

On me dit qu'il a conférence
Avec Charlemagne et Hitler
L'un veut allonger les vacances
L'autre veut supprimer la guerre

Allo allo Monsieur là-haut
C'est France Gall depuis la terre
Je voudrais si ce n'est pas trop
Dire un mot à ce cher Saint-Pierre

"Petite fille ici c'est l'enfer
Il y a erreur de numéro"
J'entends raccrocher le Père Lucifer
Qui me dit : "Peut-être à bientôt"

Allo allo Monsieur là-haut
Ne dérangez pas le ciel
Je voulais savoir comment va
La santé du Père éternel

Allo allo Monsieur là-haut
Répondez à ma prière
Est-ce qu'il est grand ? Est-ce qu'il est beau ?
Et quel visage a notre Père ?

Et soudain me chantent les anges
"Pour toi et pour les gens qui s'aiment
Il a le sourire de ses grands nuages
Et les yeux bleus de son ciel"
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

10 commentaires (dont 1 archivé)
Claude Bukowski Le 22/08/2010 à 20:32
A noter qu'Adolf Hitler est placé en Paradis, puisqu'il est en conférence avec le père éternel ; tiens, quelques années plus tard, dans "Et mon père", Nicolas Peyrac plaçait aussi "l'oncle Adolf" au Ciel ("là-haut"). C'est beau, la miséricorde divine :D
Maeva70 Le 22/08/2010 à 20:33
Très jolie chanson!! Mais je me demande à qui elle parle exactement ? qui est ce "Monsieur là haut"? si ce n'est ni Dieu (le père Eternel) (ni son sécrétariat) ni St Pierre ? qui répond au téléphone là haut ??

…Et effectivement si même Hitler est au Paradis, ca rassure tous les 'pécheurs' que nous sommes !! (mais alors qui va en Enfer?)
Claude Bukowski Le 26/08/2010 à 23:07
A noter, toujours rapport au second couplet, que France Gall avait chanté dès 1964 "Sacré Charlemagne".
Il faut sans doute voir, à la présence dans cette chanson de Charlemagne qui veut allonger les vacances, une allusion à la précédente chanson. (Qui a eu cette idée folle, un jour d'inventer l'école ?)

Par contre, pour l'autre Adolf, là… je cherche encore.
Ralf Le 10/09/2010 à 14:02
Mais si, mais si. Le Paradis rend tout le monde gentil. Charlemagne veut plus d'école (ou au moins des plus grandes vacances), et Hitler il aime plus la guerre. Rédemption, tout ça. C'est y pas beau ?
(pour la référence entre Hitler et sa carrière, euh… Der Computer n°3 ?)
Maeva70 Le 11/09/2010 à 19:57
…Le père Lucifer qui lui dit 'a bientot peut être' ?!… bof, elle doit pas trop s'inquiéter la petite; si même Hitler est au Paradis, je vois pas pourquoi France Gall risquerait l' Enfer ?!
piaboy Le 29/08/2015 à 00:13
Back to mono !
Artemis612 Le 26/01/2016 à 23:50
Je ne connaissais pas cette chanson, ça fait du bien quand ça s'arrête ! difficilement supportable le chœur derrière France Gall ….
Fillmorejive Le 16/01/2017 à 20:03
C'est une chanson bien gnangnan quand même
hug Le 29/01/2018 à 04:29
J'imagine que le Monsieur Là-Haut désigne peut-être le Père Noël ou Jésus, ou alors fait-elle tout simplement référence à un service téléphonique surtaxé à valeur ajoutée imaginaire. (A cette époque, je pense que ça en était à ses balbutiements, on ne parlera de services Audiotel qu'à partir de 1996).

Concernant la chanson en elle-même, elle est jolie mais trotte vite dans la tête. Ce 45 tours sorti chez Philips en mai 68 est le premier à ne pas bien se vendre pour France Gall. Aucun titre du disque ne sera un véritable succès au hit-parade et elle entamera avec ce disque une période de traversée du désert qui va durer 6 ans avant de revenir en 1974 avec "La déclaration d'amour".

La première fois que je l'ai entendue c'était en 2001 lors de la diffusion de l'interview télévisée "France Gall par France Gall" diffusée sur France 3 où on pouvait en entendre un extrait.

Je me souviens qu'en 2013, Philippe Meyer avait diffusé cette chanson dans la rubrique "La chanson Hôn" de sa regrettée émission "La prochaine fois je vous le chanterai" sur France Inter. La connaissant déjà grâce à l'émission suscitée, et comme vous l'aviez déjà mise dans "Mélodisque", j'avais trouvé sa classification un peu dure, mais apparemment elle est partagée par plusieurs autres personnes.

(Claude Bukowski) : Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi, sur l'interprétation du fait que Nicolas Peyrac fasse miséricorde à Hitler dans "Et mon père". Il fait simplement référence au suicide d'Hitler, suivi de celui d'Eva Braun. Nicolas Peyrac dit, je cite "L'oncle Adolf s'était déjà flingué, son Eva l'avait accompagné des fois qu'il aurait voulu draguer, qui sait si là-haut il n'y a pas des folles ?".

Le reste de la chanson parle du Paris des années 50 / début des années 60, et est plutôt admiratif de ce Paris de l'après-guerre. Donc, ce suicide d'Adolf Hitler n'est pas traité de façon nostalgique, ni angélique. Pour moi, c'est plutôt "Tant mieux qu'il se soit suicidé avec sa femme si là-haut il y a aussi des folles".

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !