Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Dschinghis Khan - Pistolero

Voir du même artiste


Titre : Pistolero


Année : 1981


Auteurs compositeurs : Ralph Siegel - Bernd Meinunger


Pochette : W. Heilemann (Bravo)


Durée : 4 m 17 s


Label : Jupiter Records


Référence : 6.13000 AC


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

19 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Er war noch ein Kind und er schlief als sie kamen
Doch von ihren Schüssen da wachte er auf.
Er sprang aus dem Bett und sah drei Mexikaner
Und hörte den Vater schrein : Lauf, Junge, lauf !
Er sah, wie man Vater und Mutter erschoss
Und konnte nichts tun außer beten und schrei'n.
Sie lachten nur höhnisch, dann ritten sie los
Er schwor sich, er wird ihnen niemals verzeihn.

Oh Pistolero
Auf der Straße nach Nirgendwo
Desperado von Mexico
Wo wirst du morgen sein ?
Oh Pistolero
Und du reitest durch Nacht und Wind
Wie ein Engel, der Rache nimmt
Doch du bist ganz allein.

Das Dorf lag ganz still in der glühenden sonne
Er stand da allein mit dem Rücken zur Wand.
Der Tag der Vergeltung war heute gekommen
Er suchte so lang bis er sie endlich fand.
Er trug den Sombrero ganz tief im Gesicht
Und sein Zigarillo hat nicht mehr gebrannt.
Die drei Mexikaner erkannten ihn nicht
Da hob Pistolero ganz langsam die Hand.

Oh Pistolero
Auf der Straße nach Nirgendwo
Desperado von Mexico
Wo wirst du morgen sein ?
Oh Pistolero
Und du reitest durch Nacht und Wind
Wie ein Engel, der Rache nimmt
Doch du bist ganz allein.

Oh oh oh oooh Pistole- Pistolero
Zeig dem Teufel Companero
Dass du stärker bist als er.
Oh oh oh oooh Pistole- Pistolero
Reite weiter, Companero
Deinem Traum hinterher.

Sie standen vor ihm und er sah ihre Augen
Die Augen, die er nie im Leben vergaß.
Da war ihm, als hörte er die Stimme des Vaters
« Mein Junge, hör auf, du hast zu lang gehasst. »
Er schob die Pistole ins Halfter zurück
Und stieg auf sein Pferd, denn die Jagd war vorbei
Er gab ihm die Sporen und ritt wie verrückt
Allein in die glühende Sonne hinein.

Oh Pistolero
Auf der Straße nach Nirgendwo
Desperado von Mexico
Wo wirst du morgen sein ?
Oh Pistolero
Und du reitest durch Nacht und Wind
Wie ein Engel, der Rache nimmt
Doch du bist ganz allein.

Oh oh oh oooh Pistole- Pistolero
Zeig dem Teufel Companero
Dass du stärker bist als er.
Oh oh oh oooh Pistole- Pistolero
Reite weiter Companero
Deinem Traum hinterher.
Oh oh oooh oooh ooooh

[Venant du site officiel du groupe]
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

9 commentaires (dont 2 archivés)
Vince27 Le 04/02/2007 à 21:55
j'adore cette chanson, comme toutes celles du groupe d'ailleurs.
Le clip (enfin la performance live)
magic-bretzel Le 06/02/2007 à 15:09
J'aime beaucoup la pochette : l'arrière plan n'est même pas une photo mais un dessin (voir la maison au fond à droite)
Les paroles (prises du site officiel)[Merci.]
Dam-Dam Le 01/09/2007 à 11:11
Prestation télévisuelle : http://www.youtube.com/watch?v=PRZJvPP5qI4
Djéd'ail Le 05/07/2009 à 02:36
Pistolero en allemand c'est surréaliste. Mais ce groupe est vraiment attachant.
Claude Bukowski Le 29/12/2009 à 02:02
Sûr que Pistolero en Français, ça aurait tout de suite sonné moins décalé ;)
A noter dans cette chanson, l'absence de Steve Bender (le chauve).
morinieres Le 20/02/2010 à 23:47
B&M aurait pas par hasard légèrement cette pochette pour son logo??
cathare13 Le 01/09/2012 à 09:10
Traduction approximative ;-DDD


Il était encore un enfant et il dormait comme ceux-ci venaient
Mais de ses(leurs) coups de feu là il se réveillait.
Il sautait du lit et voyait trois Mexicains
Et si l'armoire entendait(écoutait) le père : le cours, garçon, cours(passe)!
Il voyait, comment on tuait le père et la mère
Et si rien ne pouvait faire sauf prient et schrei'n.
Ils riaient seulement d'un air moqueur, alors ils allaient à cheval détaché
Il se jurait, il ne devient jamais à eux verzeihn.

Oh Pistolero
Dans la rue après Nulle part
Desperado de Mexico
Où demain, tu seras ?
Oh Pistolero
Et tu vas à cheval par la nuit et le vent
Comme un ange, la vengeance prend
Mais tu es tout à fait seul.

Le village se trouvait tout à fait doucement dans les brûlants bronze
Il se trouvait là seul avec le dos au mur.
Aujourd'hui, le jour de la vengeance était venu
Il les cherchait si longtemps jusqu'à celui-ci enfin trouvait.
Il portait le Sombrero tout à fait profondément dans le visage
Et son Zigarillo n'a plus brûlé.
Trois Mexicains ne le reconnaissaient pas
Là Pistolero levait tout à fait lentement la main.

Oh Pistolero
Dans la rue après Nulle part
Desperado de Mexico

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !