Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Jacques Valant - Napoléon

Voir du même artiste


Titre : Napoléon


Auteurs compositeurs : Jo Martens-Jacques Valant-C. Barbier-A. Decoster


Durée : 3 m 14 s


Label : Raphalaeti


Référence : 00119


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

6 personnes ont cette chanson dans leurs favoris !

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

Napoléon avec ses blancs caleçons
C'était le roi des couillons
Il tirait sur tout ce qui bougeait
Cette espèce de grand dadais
Il tenait son cœur comme un bouquet de fleurs
Pour dire qu'il n'avait pas peur
Ses genoux claquaient comme des pistolets
Et pourtant il souriait
Quand il tuait un de ses adversaires
Sans le faire exprès il devenait tout vert
Il était jaloux et laid comme un pou
Avec ses yeux de hiboux
Il faisait la guerre comme un courant d'air
À la vitesse de l'éclair

Si il était flagada
C'est qu'il avait les pieds plats
Avec son nez comme une frite écrasée
On l'aurait bien embarqué au musée

Sa Joséphine avait la taille fine
Et faisait bien la cuisine
pour les soldats rien de tel qu'une rata
Ça vous met le moral à plat
Les bon rôtis, c'était pour les amis
Lui mangeait des spaghettis
Car pour courir sauver son empire
Il ne pouvait pas grossir
Au régiment, il servait ses soldats
Lui léchait ce qui restait dans les plats
Avec son cheval qui était bancal
Il ne perdait pas les pédales
Quand il tombait dans le camp des Anglais
C'est son cheval qui le ramassait

Si il était flagada
C'est qu'il avait les pieds plats
Avec son nez comme une frite écrasée
On l'aurait bien embarqué au musée

Mais Joséphine avec son regard de fouine
Flairait toujours les combines
Rien qu'à la voir il avait le cafard
À cause de son air bizarre
Les petites nanas, il en avait des tas
Sa femme ne savait pas ça
Car pour lui plaire entre deux guerres
Il se mettait les fesses en l'air
S'il ne faisait pas tous ses désirs
De temps en temps elle lui repassait le cuir

Napoléon avec ses blancs caleçons
C'était le roi des couillons
Il tirait sur tout ce qui bougeait
Cette espèce de grand dadais
Cette espèce de grand dadais

Transcripteur : méchant-dauphin
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

12 commentaires (dont 1 archivé)
saperlipopette Le 08/10/2006 à 20:30
Ce disque est un peu à ce morceau ce que celui-ci est à celui-là.
méchant-dauphin Le 25/10/2006 à 14:44
Lâchez les clowns vient de passer en deuxième place dans mon classement des plus mauvais titres de la base. [Merci]
giby Le 14/01/2007 à 13:41
ca ressemble a jules Cesar
fairybrother Le 01/03/2007 à 21:16
c'est crispant ces "hahahaha"
Flaming Youth Le 01/03/2007 à 21:18
Il a pas intérêt à aller se ballader du coté d'Ajaccio, celui-là !
rogre Le 01/03/2007 à 21:18
Haa, enfin la commémoration d'Austerlitz! Dommage que ça vienne des belges…
Super cagouille Le 06/12/2007 à 11:42
tout à fait d'accord avec fairybrother: ça m'ennerve vraiment ces rires! :S
Laika_59 Le 31/10/2008 à 10:00
les rires c'est pour montrer là où il faut rire :-/
Robin Fusée Le 13/04/2009 à 10:55
Après (ou avant?) une chanson à la manière de Luis Mariano, une chanson à la manière de Maurice Chevalier. Quel artiste!
gisele1403 Le 17/10/2011 à 14:01
Entièrement d'accord avec rogre, sauf qu'à mon humble avis cette chanson serait plutôt une commémoration de Waterloo (la gare de Londres + poème d'Hugo) que d'Austerlitz (la gare de Paris).
ganounoutch Le 26/11/2016 à 10:17
qu'il vienne pas en corse lui sinon il ma morfler parole de Corsu

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !