Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Fiche disque de ...



Bambou - J'ai pleuré le Yang-Tsé

Voir du même artiste


Titre : J'ai pleuré le Yang-Tsé


Année : 1990


Auteurs compositeurs : Serge Gainsbourg


Pochette : G. Schachmes


Durée : 3 m 20 s


Label : Philips


Référence : 875 602-7


Plus d'infos

Écouter le morceau
Partager ce morceau

Personne n'a cette chanson dans ses favoris

Se procurer ce disque via CDandLP.com:

Paroles

J'ai pleuré le Yang-Tsé-Kiang
Je dérive, je ne sais ce que j'ai
D'excessif
Pour que tu m'aies laissée
Toi, pleurer le Yang-Tsé-Kiang
J'suis sûre que tu ne sais pas
Que c'est
De l'excès
De froideur à déplorer

J'ai pleuré le Yang-Tsé-Kiang
Je dérive, je ne sais ce que j'ai
D'excessif
Pour que tu m'aies laissée
Noyé dans le Yang-Tsé-Kiang
Eau trouble, je sais
Que c'est
Grand et
Ca a un arrière-gout de suicidée

J'ai pleuré le Yang-Tsé-Kiang
Je dérive, je ne sais ce que j'ai
D'excessif
Pour que tu m'aies laissée
Je descends le Yang-Tsé-Kiang
Je me laisse aller
Assez de ces larmes
Trop acidulées

J'ai pleuré le Yang-Tsé-Kiang
Je dérive, je ne sais ce que j'ai
D'excessif
Pour que tu m'aies laissée
Que c'est long, le Yang-Tsé-Kiang
Pauvre affaire classée
Jamais jamais
Mais peut-être un jour, qui sait

Transcripteur : Dam-Dam
Paroles en attente d'une autorisation des ayants droit.
Nous nous engageons à en retirer l'affichage en cas de demande de leur part.
 

Commentaires

Voir tous les commentaires

2 commentaires
Dam-Dam Le 27/05/2018 à 22:46
Jean Gabin dans "Un Singe en Hiver", film de Henri Verneuil sorti en 1962, dialogues de Michel Audiard :
Je ne vous apprendrai rien en vous rappelant que Wang-Hu veut dire dire fleuve jaune et Yang-Tse-Kiang, fleuve bleu. Je ne sais pas si vous vous rendez compte de l'aspect grandiose du mélange ? Un fleuve vert ! Vert comme les forêts, comme l'espérance. Matelot Esnault, nous allons repeindre l'Asie, lui donner une couleur tendre, nous allons installer le printemps dans ce pays de merde !

Les paroles : [Merci]
hug Le 31/05/2018 à 00:58
Ce titre de Gainsbourg chanté par Bambou, date en réalité de 1989, puisqu'il est sorti sur l'album que Gainsbourg a écrit et composé pour elle cette année-là. Mais musicalement ce titre ressemble beaucoup à "Amours des feintes" que Serge écrira et composera pour Jane Birkin en 1990. D'ailleurs, pour le côté Inécoutables de ce morceau, pourquoi Serge a-t'il écrit et composé un album pour Bambou ? Jane Birkin, elle au moins est une vraie chanteuse avec une belle voix. J'espère que sur son album Bambou réalise au moins une performance vocale supérieure à celle-là !

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !