Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

Vitor Hublot

Liens
Se procurer
ses disques

Discographie :

On peut entendre sur Bide&Musique…
par années de sortie | par ordre alphabétique
Dans la programmation générale Vignette de Vitor Hublot - J'ai perdu mon oiseau 1985 J'ai perdu mon oiseau
Dans la programmation générale Vignette de Vitor Hublot - La p'tite gayole 1985 La p'tite gayole
Dans la programmation générale Vignette de Vitor Hublot - El nût du mariach 1986 El nût du mariach
Vert Dans la programmation générale Orange Dans les programmes spéciaux Rouge Hors classement Bleu Émissions ou titres (très) spéciaux

Commentaires sur Vitor Hublot

9 commentaires (dont 3 archivés)
Rahmoune Le 17/06/2006 à 17:43
Le site officiel de ce grand interprète.
rogre Le 25/01/2007 à 22:24
Punk not dead!
Raoul Volfoni Le 15/06/2007 à 05:12
Guy Clerbois alias Vitor Hublot est surtout connu pour avoir fait une version déjantée du standard wallon "la p'tite gayole" de Julos Beaucarne
http://www.bide-et-musique.com/song/1902.html
au début des années 80 c'était top branché Vitor Hublot ! sisi.
le chef d'œuvre est (in)audible sur le site du maître : http://www.myspace.com/psoriadiscs
Dam-Dam Le 09/07/2007 à 17:50
Biographie de Vitor Hublot issu du livret de la compilation « Bippp » (Born Bad Records 2006) pour le titre « Aller Simple » (écoutable sur son site Myspace : http://www.myspace.com/psoriadiscs et non sur le site Myspace du disque : http://www.myspace.com/bipppp )

Vitor Hublot est belge et originaire de Soignies, petite ville du Hainaut.

Guy Clerbois et Guy Delhalle se connaissent depuis l'enfance. Guy Delhalle joue déjà dans de nombreux groupes à titre récréatif et ce n'est finalement que tardivement et par hasard que Guy Clerbois le sollicite pour qu'ils essaient de faire quelque chose ensemble.

Ils portent leur dévolu sur le nom de Victor Hublot que leur a soufflé un ami, mais lors d'un concert, donné dans le cadre du vernissage d'un expo, une coquille s'est glissée sur l'affiche. Le graphiste ayant omis le C, les garçons se retrouvent ainsi à leur insu baptisé Vitor Hublot. Amusés par cette erreur, ils décident de conserver le nom.

Les deux garçons ont des univers musicaux bien différents, alors que Guy D cultive un vrai goût pour les mélodies ciselées, Guy C en bon fan des Residents et Magma s'intéresse davantage à la tessiture des sons, et aux déambulations sonores.

Leur premier maxi « Aller simple » autoproduit voit ainsi le jour en 1983 sur le label bruxellois Psoria Disques et reflète la dualité d'influences des deux garçons. C'est leur amie Chantal Talbot qui prête sa voix au morceau « Aller simple ».

Suite à ce premier maxi tiré à 500 exemplaires, Guy D quitte le navire, laissant seul Guy C décider du devenir du groupe.

Ce dernier publie presque simultanément en 1985 deux 45T « Piron n'veut nin danser/Vive l'amour » et « La petite Gayole/J'ai perdu mon oiseau » dont la musique encore plus froide et dissonante tranche avec les textes désormais déconnants, voire potaches de ces nouveaux morceaux. Guy Clerbois sort ensuite un ultime album de Vitor Hublot « 185 millions de francophones et moi, et moi » composé de reprises et des titres des deux 45t.

Les disques s'écoulent rapidement et un clip est même mis en boîte avec à la clef quelques passages télé et interview aux Enfants du Rock.

Suite à cet album, Guy sortira désormais sous son propre nom deux autres disques dont l'un de reprises de Brassens, puis l'album « La dernière tentation du disque » (1993), projet ludique et visionnaire composé exclusivement de samples comme pourront le faire par la suite Archive ou 2 Many DJs.

Guy se consacre désormais exclusivement à son travail de tailleur de pierre ; quant à Guy Delhalle, compagnon de ses débuts, il est aujourd'hui professeur de photographie.
beau-jo-le-pif Le 24/04/2010 à 16:53
Dans les années folles (les 80's bien sûr !) Victor avait bien vu par le Hublot le bon coté de la musique avant-gardiste quel talent et quel génie vocal
je veux pas noircir le tableau mais aujourd'hui ça passerait même pas nulle part (sophie-ci)
qu'est ce que c'était bien pour ça les eighties
et une fois de plus merci B&M ça fait vraiment du bien par ouc ça passe !
à la bonne votre !

Il faut être identifié pour ajouter un commentaire !